Si c'est un homme

par

Les conditions de vie au Lager

1) Une journée ordinaire

Le réveil est très rapide, peu de temps avant la distribution de la nourriture « Ils secouent les couvertures en soulevant des nuages de poussière fétide, s'habillent avec une hâte fébrile, se précipitent dehors à moitié nus dans un froid glacial, courent vers les latrines et les lavabos ; beaucoup, bestialement, urinent en courant pour gagner du temps car dans cinq minutes c'est la distribution du pain »

Une ration de soupe et de pain le matin → il faut montrer le numéro tatoué sur le poignet pour l'obtenir

Tout le monde travaille et toute la journée (tant qu'il fait jour) = l'été 6h30-12h et 13h-18h

= l'hiver 8h-12h et 12h30-16h

Un dimanche sur 2 est un jour dit « férié » = travailler à l'entretien du camp au lieu de travailler à l'usine.

Primo a principalement effectuer deux types de travaux : porter des poutres du wagon à l'usine, cela est difficile car les poutres sont lourdes et il faut avoir un bon compagnon avec qui on peut marcher d'une commune allure (pas comme Null Achtzehhn qui bute toujours dans les pieds de Primo et lui fera tomber la barre de fer sur le pied).

Puis il doit s'occuper d'une citerne : « Nous étions six à récurer et nettoyer l'intérieur d'une citerne souterraine. La lumière du jour ne nous parvenait qu'à travers l'étroit portillon d'accès. C'était un travail de luxe car personne ne nous surveillait mais il faisait froid et humide. aA poussière de rouille nous brûlait les yeux et nous laissait dans la bouche et la gorge comme un goût de sang. »

Puis après la journée de travail et la soupe du soir, tout le monde retourne au dortoir : « il contient cent...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les conditions de vie au Lager >

Dissertation à propos de Si c'est un homme