Sonnets

par

Résumé

Louise Labé a composé 24 sonnets, parfois réunis avec ses plus fameuses élégies, parfois publiés seuls. Ces 24 sonnets sont, comme on le pratiquait à la Renaissance, composés non pas d'alexandrins mais de décasyllabes. Les systèmes de rimes en sont divers même si généralement Labé compose en ABBA ABBA CCD EED. Nous préciserons la structure des poèmes qui varient de cette norme.

 

            I – Le sonnet inaugural en ABBA ABBA CDC EDE est écrit en italien et invoque, entre autres, le héros homérique Ulysse. Il annonce habilement, par la forme, sans le formuler, ce que va être la poésie de Labé. D'une part, en écrivant un sonnet dans cette langue, Labé se pose clairement comme une héritière de Pétrarque, poète italien du XIVe siècle dont l'absorption par les poètes français a pour effet à la Renaissance de renouveler les formes et la langue. D'autre part, Labé montre qu'elle va puiser dans le corpus de textes antiques païens. Par ailleurs, le texte parle d'amour, comme c'est souvent le cas chez la poétesse.

 

            II – Labé déploie dans le second sonnet quelques-unes des figures les plus classiques de la représentation littéraire de la passion amoureuse. La structure, tout en anaphores et parallélismes contradictoires, peint l'exaltation du sujet, balancé entre la joie du ressenti et la tristesse de la non-réciprocité du sentiment. La métaphore du feu comme image de la passion – « Tant de flambeaux pour ardre une femelle ! » – est également très courante. Le talent de Labé est de la filer de manière habile en opposant ses « feux » à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Sonnets