Souvenirs de la maison des morts

par

Le contexte de Souvenirs de la maison des morts

Souvenirs de la maison des morts raconte les cinq années passées par Fiodor Dostoïevski au bagne d’Omsk. Condamné en 1859 par le tsar Nicolas Ier, lequel craignait une réminiscence de la révolte des Décabristes (un mouvement insurrectionnel qui mena à un affrontement sanglant) au sein du cercle Petrachevski auquel appartenait l’écrivain, il découvre alors la vie dans cette prison. Travaux forcés, tortures, humiliations et conditions de vie alarmantes sont le lot quotidien de l’auteur et de ses camarades de souffrance. En effet, à cette époque, le bagne n’est pas un endroit assimilé à un mouroir où l’on jette les prisonniers afin qu’ils y achèvent leur vie dans les pires douleurs, mais seulement une prison –certes comparable à n’importe quel camp de la mort de par les conditions atroces qui y sévissent- de laquelle les pensionnaires sortiront une fois leur peine purgée. On accède au bagne à la suite d’un procès et l’on reste détenu là-bas durant une période fixée par le tribunal. Le but de cet endroit n’est donc pas de tuer, mais de punir tout en se rendant utile à l’Empire par sa contribution à de grands travaux visant à moderniser le pays. Cependant, les conditions de détention sont telles que de nombreux hommes y laissent leur vie, à cause des maladies qui s’y propagent à une vitesse folle, l’inanition, le froid, ou encore les tortures subies au moindre prétexte.

Ainsi, l’auteur est tout d’abord condamné à mort par fusillade au beau milieu de la place Semenov, ainsi que tous les autres membres du cercle Petrachevski. Cependant, l’exécution est maquillée et n’est qu’une pantomime théâtrale qui a valeur d’exemple : en effet, le tsar gracie les condamnés à...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le contexte de Souvenirs de la maison des morts >

Dissertation à propos de Souvenirs de la maison des morts