Ursule Mirouët

par

Résumé

Ursule Mirouët est un roman d’Honoré de Balzac initialement publiédans Le Messager en 1841, avant sapublication en volume en 1842. Son sujet principal est la fortune, qui attirela convoitise.

 

PREMIÈRE PARTIE

 

Minoret-Levrault,maître de poste d’environ soixante ans, aussi appelé « maître deNemours » – Nemours étant la ville de province où se passe le roman –, estlonguement décrit par le narrateur. Il souligne la divergence entre sonapparence d’ogre et son absence de méchanceté. C’est un homme lambda, sansopinion ferme, sans grande culture. Il a accumulé de l’argent suite à laRévolution. Il a eu avec sa femme Zélie un fils unique, nommé Désiré, qui a suiviavec succès des études de droit. Désiré, qui sait manipuler ses parents chacunde leur côté pour en obtenir tout ce qu’il veut, est parvenu à mener la grandevie à Paris. Il vient d’obtenir sa licence et rentre à Nemours pour l’occasion.Les siens se préparent à l’accueillir en grande pompe et son père s’impatiente– c’est l’enjeu du début du roman – de ne pas le voir encore arriver. Il aquatre heures de retard. Un postillon de Minoret-Levrault lui apprend que ladiligence de Désiré est arrêtée à cause d’un problème de roue.

Minoret-Levraultrage quand madame Massin, sa cousine, lui apprend que le docteur Minoret, leuroncle, vient d’arriver, et se rend à la grand’messe avec Ursule, sa pupille. Enfait, les successeurs du docteur Minoret craignent de se faire évincer de sontestament, car l’homme, à l’orée de la mort (il a plus de 80 ans), fréquente detrop près selon eux la jeune Ursule. D’après madame Massin, l’abbé Chaperonaussi, curé de Nemours qui s’est rapidement lié d’amitié avec le docteurMinoret, fomenterait un plan pour voler la succession. Le narrateur nousdépeint les mœurs de Goupil, clerc de Nemours, qui est extrêmement laid etcynique. Goupil ironise et se moque de Minoret-Levrault, qui n’a pas su sefaire une place assez importante dans la vie de son oncle pour s’assurerl’héritage.

À ce moment duroman, commence un long retour en arrière qui résume dans les grandes lignesl’existence du docteur Minoret jusqu’ici. Pour susciter une telle convoitise dela part de ses successeurs, le docteur Minoret est supposé très fortuné. Il aardemment travaillé pour atteindre une telle situation. Membre d’une famillenombreuse, il l’a quittée pour aller à Paris trouver sa voie. Il devientmédecin et reçoit le soutien d’illustres personnages comme Dupont de Nemours,le docteur Bordeu ou encore le baron d’Holbach. Il a une large clientèleconstituée de gens aisés. Par ailleurs, au-delà de ces considérationsfinancières, il semble que le docteur Minoret a été heureux. Son union avec ladélicate et célèbre musicienne Ursule Mirouët, la fille du grand clavecinisteValentin Mirouët, est un mariage d’amour. Malheureusement l’excès desensibilité de la musicienne provoque chez elle des ruptures d’anévrisme quifinissent par lui coûter la vie. C’est ainsi qu’elle meurt à la Révolution, carà son angoisse spontanée habituelle s’ajoute l’angoisse de ce spectaclemorbide. Au décès de sa femme, le docteur Minoret est nommé chef d’hôpital parRobespierre, acquérant de fait encore plus de notoriété.

Paradoxalement,les gens de Nemours l’oublient, jusqu’à ce qu’un jour il revienne dans levillage pour demander à Minoret-Levrault la liste de ses successeurs, quis’avère être très longue. On apprend alors que l’oncle Minoret a perdu tous sesenfants. Celui-ci achète ce jour-là une maison à Nemours, qu’il fait d’abordlouer. Il faudra attendre que la paix soit rétablie quelques années plus tardpour qu’il vienne y vivre en personne. Alors que les spéculations etespionnages en tous genres vont bon train chez ses successeurs potentiels, ilsapprennent avec effroi qu’il s’occupe d’une petite orpheline, Ursule, âgée dedix mois. Il s’est installé avec elle et sa nourrice. En quelques semaines,l’oncle repère les mauvaises intentions de Minoret-Levrault, de madame Massinet de Crémière, autre membre de la famille. Il s’arrange, après leur avoiraccordé quelques avantages pour les faire taire, pour ne pas avoir à lesrecevoir, sans pour autant leur fermer totalement sa porte.

Le docteurMinoret mène un train de vie sobre : Ursule est la fille de sonbeau-frère, Joseph Mirouët, dont la femme est morte en couches, et il est prêtà tout sacrifier pour cette enfant blonde en qui il retrouve sa progénitureperdue. L’oncle se lie d’amitié avec le curé Chaperon, en qui il trouve unesprit à la hauteur du sien. Progressivement, il se fait d’autres amis, dontmonsieur de Jordy, un ancien capitaine au régiment de Royal-Suédois, qui a unetrès grande affection pour Ursule ; mais encore le juge de paix, monsieurBongrand, et le médecin de Nemours. Chaque soir, dès qu’Ursule est couchée, etjusqu’à minuit, ils se réunissent chez l’oncle, jouent et discutent.Évidemment, ses successeurs voit ces amis d’un mauvais œil.

Retour auprésent. Ce qui inquiète les successeurs, c’est que si Ursule parvient àpersuader l’oncle d’aller à la messe – lui qui a toujours affirmé sonirréligiosité –, elle parviendra nécessairement à lui soutirer son argent sielle le souhaite. Désiré arrive enfin. Le narrateur décrit la beauté pured’Ursule, qui frappe Désiré. Les successeurs sont mesquins avec l’oncle, quis’enfuit rapidement. Ursule s’étonne de le voir si désagréable. Désiré apprendà Goupil qu’il est amoureux d’une certaine Esther qui ne veut pas de lui.

Nouveau retouren arrière. Le narrateur se concentre sur l’éducation d’Ursule, et en particulierson éducation religieuse. L’oncle a très vite fait le choix de lui offrir uneéducation catholique, et Ursule s’avère au bout du compte très pieuse, tant etsi bien qu’elle est choquée lorsqu’elle apprend l’athéisme du docteur Minoretson parrain. Au fur et à mesure qu’elle grandit, l’oncle commence à s’inquiéterde l’éveil sentimental de sa protégée. Il l’espionne« maternellement » mais ne lui trouve aucune affaire amoureuse, et serassure.

Le narrateur envient à une période proche du début du roman. Un vieux collègue de l’oncle, ledocteur Bouvard, qui croit, avec une minorité d’autres savants, en lemagnétisme, et qui s’est toujours fait railler et humilier pour cela, y comprispar l’oncle Minoret, emmène celui-ci voir un inconnu qui prétend avoir unpouvoir de magnétisme démesuré. L’oncle est incrédule, mais il assiste à uneséance de télépathie qui l’impressionne. La femme hypnotisée par l’inconnu estcapable de lui révéler des secrets que lui seul connaît, et même de citer desdétails pertinents auxquels il n’avait jamais fait attention. En outre, ellelui révèle qu’Ursule serait amoureuse d’un jeune homme nommé Savinien, le filsde madame de Portenduère, aristocratebretonne qui vit en face de chez eux. Lui, cependant, ne semble pas sepréoccuper d’elle. Minoret, pour finir d’être convaincu, réclame une secondeséance. La femme lui décrit les rituels d’Ursule. À son retour, il constate quetout ce qu’a dit la femme s’est effectivement produit. Suite à cette expérience,et aux vœux angéliques d’Ursule qui s’engage à tout faire pour obtenir sonsalut une fois qu’il sera mort, l’oncle Minoret est envahi par la foi et seconvertit.

Retour au présent. Lessuccesseurs discutent avec un notaire, Dionis, pour savoir ce qu’ils peuventfaire pour empêcher que l’héritage ne revienne à Ursule. Dionis explique que laseule façon pour l’oncle de donner son argent à Ursule sans qu’ils puissentrevendiquer quoi que ce soit dans un procès serait qu’il se marie avec elle. Onpropose alors que Désiré charme Ursule pour en obtenir la main. Zélie s’yoppose. Dionis promet de convaincre l’oncle de placer son argent correctement.L’oncle, de son côté, demande conseil à son ami Bongrand, afin d’assurer que safortune aille à Ursule.

Dionis va chez l’oncle, etdemande un prêt pour madame de Portenduère, dont le fils est en prison pourdettes. L’oncle refuse. Ursule est bouleversée. L’oncle en profite pour faireparler Ursule : elle lui révèle tout de ses sentiments pour Savinien.Minoret lui conseille vivement de contenir ces sentiments, car jamais madame dePortenduère n’accepterait de marier son fils à une jeune femme d’une classe sibasse. Ursule se résigne, mais demande à son oncle de prêter l’argentnécessaire à la libération de Savinien.

Retour en arrière : lelecteur assiste aux errances parisiennes de Savinien ; il côtoie despersonnages tels que Rastignac ou Lucien de Rubempré. Ces amis essaient de leconseiller pour qu’il ne tombe pas dans l’infortune, mais Savinien n’en faitqu’à sa tête, et finit en prison. Ses amis, cette fois-ci, lui conseillentd’écrire une lettre bien tournée à sa mère pour qu’elle paie. L’abbé Chaperonconseille à madame de Portenduère d’emprunter de l’argent au docteur Minoret.Elle refuse d’abord car cela serait trop s’abaisser, mais l’abbé insiste tantet tant qu’elle finit par céder. Le docteur Minoret vient lui rendre visite etlui accorde un prêt, en échange de parts de sa ferme. Malheureusement, lessentiments d’Ursule ne se taisent pas, bien au contraire. Elle veut continuer àaimer Savinien, et ne jamais se marier. Le docteur Minoret va à Paris avecUrsule pour obtenir la libération de Savinien, qui revient aussitôt vivre àNemours.

 

DEUXIÈME PARTIE

 

Savinien souhaite épouserUrsule. Mais madame de Portenduère refuse. Savinien se promet de ne jamaisprendre d’autre femme qu’Ursule. Une dynamique complexe se met en place :Savinien et Ursule s’aiment, l’oncle aide de plus en plus la maison Portenduèrepour faire plaisir à Ursule, et madame de Portenduère est partagée entre unereconnaissance d’apparat et une méfiance officieuse (elle pense que l’oncle luiprête autant d’argent pour prendre le contrôle de ses possessions et forcer lemariage), qui l’amène par moments à humilier l’oncle. Les successeurs sontsatisfaits de cette inimitié.

Savinien déclare son amourà Ursule par lettre. Elle répond, avec l’aide de l’oncle, avec déférence. Ilfaut cependant que Savinien prouve sa fiabilité. Savinien écrit une secondelettre dans laquelle il dit qu’il va s’engager dans la marine. Le docteur estsatisfait tandis qu’Ursule est horrifiée du départ de Savinien. Elle lui offreune chaîne faite de ses cheveux. Lui essaie de la conquérir physiquement, maiselle s’effondre.

Savinien est en mer, Ursulepasse son temps à croire qu’il est perdu dans un ouragan. Les successeursglosent sur le fait que l’oncle s’est acheté une calèche luxueuse, et pareUrsule de beaux vêtements. Bientôt, quand vient l’anniversaire d’Ursule,Savinien revient. Il a été médaillé pour son courage lors de la prise d’Alger.L’oncle lui dit qu’il peut définitivement rester à Nemours, que sa fiabilité aété ainsi prouvée. Il ne reste plus qu’à convaincre madame de Portenduère.

Les années passent. Ursulea vingt ans, l’oncle s’affaiblit. Quand il sent sa mort approcher, il dit queles successeurs recevront l’héritage, mais qu’ils doivent veiller à ce qu’iln’arrive rien à Ursule jusqu’à son mariage. Les successeurs sont surexcités parla nouvelle, et projettent de piller la maison de leur oncle, avant même qu’ilne soit mort. L’abbé Chaperon est chargé de les tenir à l’écart. L’oncle chargeUrsule d’une mission : elle doit aller chercher une lettre cachetée,dissimulée dans un pavillon de Minoret-Levrault, et la faire lire à Savinienavant d’annoncer sa mort à tout le monde. Mais Minoret-Levrault a tout entendu,et va voir la lettre avant elle. Comme elle ne contient que des vœuxtestamentaires en faveur d’Ursule et de Savinien, il la brûle. Il a luégalement dans la lettre que le docteur cachait des économies dans un livre desa bibliothèque. Il incite donc les autres successeurs à officialiser la mortdu docteur au plus vite. Ils souhaitent mettre la maison sous scellés et Ursuleà la porte. Bongrand, qui doit gérer tout cela, est heureusement du côtéd’Ursule. Les successeurs veulent aussi récupérer la ferme des Portenduère.

Les scellés sont ouverts.Les héritiers ne trouvent rien, les amis de l’oncle non plus. Mais la machineest en marche : les héritiers obtiennent que les Portenduère quittentNemours, en payant leurs dettes, et ils souhaitent marier Goupil à Ursule, aprèslui avoir acheté une charge de notaire. Les jeunes gens refusent. Madame de Portenduèrereçoit une lettre anonyme qui lui rappelle qu’une certaine mademoiselle duRouvre, très riche, est prête à épouser Savinien. Ursule reçoit également unelettre, qui lui fait état des sentiments de son nouveau prétendant – elle brûlecette lettre aussitôt. Mais deux jours après, une nouvelle lettre arrive quilui révèle que Madame de Portenduère serait en train de régler un mariage pourSavinien avec Mademoiselle du Rouvre. Ursule décide de libérer Savinien et definir sa vie au couvent.

Goupil est mécontent, et sejure de la faire crever de chagrin s’il n’arrive pas à la faire céder. Savinienvient jurer sa fidélité à Ursule. Savinien reçoit alors des lettres de menace.L’anonyme rédige aussi une lettre à Ursule sous le nom de l’abbé Chaperon.Savinien va demander l’aide du procureur du roi, qui lui apprend que mademoiselledu Rouvre va épouser un Polonais. Cela dit, le procureur ne sait pas commentl’aider. Désiré comprend que c’est Goupil qui manigance tout cela, et il luioffre une grande somme d’argent pour qu’il arrête sa persécution.

Ursule est très malade.Madame de Portenduère lui accorde la main de son fils. Goupil prend Savinien àpart : il lui dit, après moult provocations, que c’est Minoret-Levraultqui est à l’origine des persécutions contre Ursule. Savinien va chezMinoret-Levrault et promet de se venger : comme il ne veut pas s’enprendre à un vieillard, il attaquera Désiré.

Ursule révèle à l’abbéChaperon qu’elle fait des rêves où son parrain vient la hanter. L’abbé sesouvient alors des histoires surnaturelles de l’oncle, et va en parler àMinoret-Levrault, qui est terrifié. Quelques jours plus tard, quand il estremis de ses émotions, il va voir Ursule et lui propose de lui acheter unterrain en Bretagne, pour que madame de Portenduère tolère son mariage avecSavinien. Ursule refuse. Bongrand demande à Minoret-Levrault ce qui justifiecette démarche : Désiré serait amoureux d’Ursule, et Minoret-Levrault voudraitla voir quitter Nemours. Bongrand interroge Désiré : il n’est pasamoureux. Comme les circonstances ne favorisent pas ses desseins,Minoret-Levrault finit par avouer à Zélie qu’il a brûlé la lettre-testament.Zélie propose la main de Désiré à Ursule, manière de lui restituer ce qui luirevient de droit – mais Ursule refuse. Elle s’engage cependant à empêcher leduel entre Savinien et Désiré. Les amis du docteur Minoret trouvent des preuvesde la trahison de Minoret-Levrault. Le procureur du roi fait tout avouer àZélie.

Désiré a un accident etmeurt. Madame de Portenduère finit par céder à l’idée du mariage. Savinien etUrsule vivent heureux à Paris. Goupil est puni, car s’il est respecté, sesenfants sont hideux et idiots.

 

Ce qui saisit avant tout dansUrsule Mirouët, c’est la profusion de détails concernant toutes cesmanigances complexes autour d’un héritage. On reconnaît bien là la marque d’unelittérature postrévolutionnaire, où l’argent devient un enjeu plus grand, depar la réorientation des intrigues autour des classes moyennes. Avant cela,toutes ces considérations étaient soit vagues soit absentes, dans la mesure oùelles ne faisaient pas partie du quotidien des nobles personnages auxquels lesrécits s’intéressaient plus particulièrement. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >