Aide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8463 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le sport est un appareil idéologique du pouvoir dominant
[pic]
Sabrina Lucas
Xavier Pesnel
Le sport, un appareil idéologique du pouvoir dominant ?

[pic]
I Marchandisation et rendement, le sport miroir de la société capitaliste.
1°) Les centres de formation : des structures totalitaires.
2°) Transferts et lois : une atteinte aux droits de l’homme.
3°) Le sport etl’économie capitaliste.

[pic]
II Le sport est l’opium du peuple.
1°) Le sport est la religion laïque des temps modernes.
2°) Le sport est une vitrine politique du fascisme.
3°) Le sport aux services du pouvoir en place.

[pic]
III Le sport engendre haine, racisme, violence, trucage…
1°) La violence du sport est un bon exutoire.
2°) Le dopage : logique de lacompétition capitaliste.
3°) Corruptions et trucages, une domination créatrice de pouvoir.
4°) Le sport est un univers sexiste.

Le sport est un appareil idéologique du pouvoir dominant

Personne aujourd’hui ne peut prétendre ne jamais avoir pratiqué une activité physique. Ne serait ce que par le fait que cette activité physique est une matière obligatoire dansl’enseignement et ceux depuis l’école maternelle. Par contre la pratique d’un sport, d’une activité sportive est plus rare. Attachons nous avant toutes choses à définir le sport.
Le sport est une entité complexe à la fois idéologique, politique (dans le sens dépolitisante, on y reviendra un peu plus tard) et commercial, lié à la mondialisation. Le sport est aussi porteur d’un projet anthropologique.Jean Marie Brohm, née le 14 décembre 1940, est l’auteur d’une multitude d’ouvrage sociologique sur le sport. En effet, à partir de 1968, il fut le premier à faire une approche critique sociologique du sport. On eut lui cité comme ouvrage : « la machine sportive », « critique du sport », ou encore « sociologie politique du sport ». Jean Marie Brohm donne cette définition du sport : « Le sport est unsystème institutionnalisé de pratiques sportives, à dominante physique, délimitées, codifiées, réglées conventionnellement dont l’objectif avoué est, sur la base d’une comparaison de performance, d’exploits, de démonstrations, de prestation physiques, de désigner le meilleur concurrent (le champion) ou d’enregistrer la meilleur performance (le record). »

Le sport est aux 20ème sièclesomniprésent dans notre société ou plus généralement dans notre monde. On y voit une colonisation de notre vie quotidienne par une saturation des informations sportives : presse, télévision, radio, multimédia et…Le sport est un miroir de la société capitaliste : de la marchandisation et du rendement. C’est l’opium du peuple et il engendre haine, racisme, fascisme, violences, sexisme alors qu’il prônehaut et fort ces fonctions de fair-play, de fraternité, d’égalité, de paix…

Aujourd’hui, des critiques du sport par les sociologues sont très rares, aussitôt discrédité par le pouvoir en place. Le sport est pourtant devenu une notion, une entité, une activité humaine principale devant la famille, le travail ou la politique. Une politique de mis en place d’une défense du sport avec cesnotions de fair-play, d’intégration, inonde la population. Nous le verrons, la réalité est bien différente de ce que l’on veut nous faire croire. Le sport serait il tous simplement un appareil idéologie du pouvoir dominant ? C’est à cette question que nous répondrons par une démonstration de fait réel vérifiable par tous.

Pour finir notre introduction, voici, ci-dessous, un poème de BernardLavilliers qui reflète tout les points que nous aborderons par la suite.

UTOPIA

Je rêve ici un autre sport
Né de l’amour et du plaisir
En ces temps-là vos « saines » actions
Vous les faisiez sans réfléchir
Vous vous gaviez du sport marchant
Des exploits bidons des champions
Pendant que tous vos gouvernements
Imposaient l’ordre, la soumission.

Vous applaudissiez l’Argentine...
tracking img