Analyse brakhage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1365 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture critique des textes théoriques Cinéma

Extrait de Métaphores et vision, 1963, Stan Brakhage

Réalisateur, producteur, scénariste ou encore directeur de photographie, grand cinéaste expérimental de la seconde moitié du XXème siècle ; l'américain Stan Brakhage se pose à travers cet extrait de Métaphores et vision, un texte fondateur du cinéma underground publié pour la première foisdans la revue Film Culture en 1963, comme un avant-gardiste, dont la réflexion autotélique sur la perception, sur le primat de la sensation, prend des allures de poésie.

*

L'introduction à cet extrait propose d'ores et déjà une remise en question, le refus d'une expérience visuelle prenant en compte des principes acquis. Brakhage invite son lecteur à « imaginer » un état antérieur à tout cequi fait la connaissance de l'homme, une connaissance optique notamment. C'est à dire expérimenter une instantanéité de la perception, non éduquée, comme innée, ce qui justifie le fait de choisir un nouveau-né pour illustrer l'idée. Le cinéaste détermine alors la cause de cette connaissance suprême comme due à la faculté, l'aptitude que possède l'homme de s'approprier un sens commun et prédéfini dece qu'il voit. C'est en partant de ce présupposé, qu'il émet la volonté d'aller chercher dans un ailleurs, dans une autre forme sinon le langage, la connaissance. Cette autre forme est selon lui la « perception », une perception consciente et attentive en soi qui permettrait de recevoir, et d'interpréter les impressions sensorielles à leur juste titre. Brakhage ouvre complètement cette notion deperception et l'étend jusqu'à toutes les manifestations hypnagogiques telles que rêves, visions, ou hallucinations. Dans des termes plus scientifiques, il souligne l'importance de la vision interne, de ce qui se passe dans l'œil intérieur, qui ne s'explique pas forcément mais qu'il ne faut pas rejeter. On sent dans ses propos, une déception, un constat que l'homme a cessé (depuis la préhistoiresemblerait-il) de s'accomplir autrement que d'une manière machinale. Mais ce serait chez l'artiste, que cette conception de perception visuelle, trouverait le plus légitimement matière à exister, à être exploitée et renouvelée sans cesse. L'artiste est inspiré, c'est un visionnaire, sa perception s'extrait de toute rationalité.
Dans un second temps, après avoir annihilé l'organe oculaire, l'auteurcherche à transmettre à son lecteur, l'idée manifeste, que la qualité d'analyse, de réception du spectateur soumis à l'expérience filmique, n'est pas autonome mais au contraire passive, dans l'attente et le besoin perpétuel de se voir expliciter les caractéristiques cinématographiques. Sur un plan purement stylistique, il faut noter que Stan Brakhage a recours à de nombreuses métaphores, tout letexte en est filé, ce qui l'éloigne, d'autant plus par les exclamations, d'une forme traditionnelle pour une étude théorique. Transposition peut-être de l'idéologie underground qui va à contre-sens, c'est en fait une contreculture. C'est dans cet état d'esprit que l'américain désosse le squelette du cinéma, ou disons de l'image cinématographique pour finalement comme il le dit « laisser le filmexister ». C'est une quête de l'essence filmique qui ne peut avoir lieu qu'à la condition où l'œil se force, s'exerce à rechercher activement, à s'exposer à une force qui dépasse l'entendement.
Mais après ce raisonnement symptomatique, Brakhage fait intervenir un autre facteur ; c'est l'œil de la caméra. Un œil qu'il considère lui aussi comme trop rigide, particulièrement au niveau de la technique(lumière, cadrage, déplacements de la caméra...). En ce sens, il désacralise les productions classiques et formelles, pour prôner une anarchie de l'objectif, une confusion, un désordre qui permettraient ainsi de mettre en avant le côté « magique » du Cinéma sûrement davantage dans le sens prodigieux, ou inattendu plutôt que merveilleux. Pour ce faire, il liste une multitude d'alternatives aux...
tracking img