Analyse de cas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8682 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------

-------------------------------------------------
Marketing International
-------------------------------------------------
2-024-07
-------------------------------------------------

-------------------------------------------------
Travail de session – Entreprise Le Fumoir St-Antoine
--------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------
Présenté à :
-------------------------------------------------
Belgacem Rahmani
-------------------------------------------------

-------------------------------------------------
Date de remise : Le mercredi 1er décembre 2010
-------------------------------------------------
GroupeA01 - Session d’automne 2010

Sommaire exécutif

Notre travail portera sur une petite entreprise canadienne basée à Baie-Saint-Paul : il s’agit du Fumoir St-Antoine.
L’entreprise sur laquelle nous allons travailler a été démarrée à Baie-Saint-Paul en 2002 par le couple de propriétaires Johanne Roy et Serge Garneau ; ce dernier ayant de l’expérience en affaires et étant passionné par lecommerce de détail dans le secteur de l’alimentation, il a décidé de mettre en place dans leur maison ancestrale des installations de fumage et de salaison pour le poisson, le saumon plus particulièrement. Son deuxième champ d’expertise était le poisson, le premier étant le porc. A la base, leur compagnie était un bed and breakfast, et voyant le succès qu’avait le saumon fumé qu’il proposait dans cecontexte, s’est ensuivi un changement de direction. Le couple a décidé de se démarquer en employant des méthodes de production artisanales, à l’amérindienne précisément. Pour ce qui est de sa taille, l’entreprise emploie seulement l’été, et pour le reste du temps c’est seulement le couple qui travaille dans l’entreprise, donc elle possède jusqu’à 4 employés à la saison forte. Leur expertise au niveaunational et international les a beaucoup aidé et a contribué à leur succès actuel. Effectivement, Serge Garneau a de l’expérience dans le domaine, il a travaillé en consultation de firmes intéressées à s’internationaliser, et a contribué à la conception d’abattoirs également. De plus, il est fort de lointaines origines amérindiennes, ce qui apporte d’autant plus de crédibilité à l’avantageconcurrentiel de l’entreprise.
Les produits du Fumoir St-Antoine sont vendus à des restaurants, des grossistes ou encore directement au particulier. L’avantage concurrentiel de l’entreprise réside principalement dans le fait que leur produit est très spécifique, unique par ses techniques de production, et pour un prix au kilogramme qui vaut plus ou moins le prix des produits équivalents actuellementoffert sur le marché ; ces produits de niche leur permettent raisonnablement de concurrencer d’autres entreprises qui proposent des produits davantage standardisés. Nous voir plus loin quels sont ses principaux concurrents.
Cette tradition amérindienne que nous avons évoqué rapidement un peu plus haut est omniprésente au Fumoir St-Antoine, et elle a permis de faire gagner au produit en valeurajoutée : c’est une pratique ancienne qui permettait à la base d’avoir un effet bactériostatique ainsi qu’une réduction du poids de la nourriture, utile à l’époque où les peuples nomades faisaient de gros déplacements. La salaison à sec permet la conservation du poisson et le fumage à froid rehausse son goût, car il n’y pas de cuisson des protéines animales, seulement une lente déshydratation. Laproduction est d’environ 50kg par semaine, à 50$ le kg. Le prix varie selon la demande, donc est plus élevé l’été, monte par exemple à 62$ pour les clients réguliers, et va jusqu’à 70$ pour les autres. Notons que la clientèle est sélectionnée par les propriétaires afin que le produit ne soit pas dénaturé de sa valeur première, nous allons également le voir un peu plus loin.
L’entreprise...
tracking img