Analyse de pratique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3262 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La relation soignant/soigné

La relation avec le patient fait partie à part entière des actes de soins. C’est un des outils de travail de l’infirmier.
La relation a toujours été une dimension dans les actes de soins.
Les décrets relatifs au métier d’infirmier mentionne bien sur la relation soignant/soigné. La loi évoque les notions d’aide, de soutien psychologique, d’écoute, d’entretiend’accueil, d’accompagnement…
La relation soignant/soigné n’est pas une relation anodine, elle ne s’improvise pas. Elle nécessite donc un apprentissage, au risque de devenir néfaste tant pour le soignant que pour le soigné. La relation soignant/ soigné, quand elle devient néfaste on parle de soi-niant, soi-nié !

I. De la communication à la relation.

Toute relation telle qu’elle soit, commencepar la communication.
Donc communiqué = mettre en commun un contenu. Il y a celui qu’il transmet et celui qu’il reçoit. Un émetteur encode un message, un récepteur décode le message et y répond. Dans toute situation de communication, 6 éléments entre en compte :
* Un émetteur
* Un récepteur
* Un message
* Un code
* Un canal
* Un contexte

La différence entre le code etle canal c’est : le code c’est la manière dont le message est exprimé et le canal comment il est transmis (ex : la voix, une feuille…)
Il n’est pas facile de bien communiquer et donc d’établir une bonne relation. Dans toute situation de communication, il y a des éléments perturbateurs. Il y a des filtres et des éléments parasites qui peuvent entrainer un échec de la communication. C’est élémentsperturbateurs peuvent être les aprioris, les préjugés du récepteur.
Entre ce que l’émetteur a envie de dire et ce que le récepteur va réellement intégrer, il y a une différence importante.
On parle de communication mais aussi de méta-communication. La méta-communication correspond à la façon de communiquer qui définit le type de relation à l’autre.
La façon de communiquer influence le typede relation qui va s’instaurer avec l’autre.
En plus du message, le ton de voix, les mimiques, les regards modifient, ont un impact sur la communication. Toute communication révèle (par les mots, les intonations, les mimiques) ce que nous sommes, nos émotions. La communication est toujours influencée par l’intentionnalité. C’est vouloir chercher à anticiper, devenir, imaginer les intentions del’autre.

Un aspect important de la communication, concerne la communication non-verbale. Dans la transmission d’un message la communication non-verbale représente 60 à 70 % de l’impact du message sur le récepteur.
ON NE PEUT PAS NE PAS COMMUNIQUER !
Toute mise en présence d’individu est source de communication. Toute présence d’autrui, entraine une communication (un échange de contenu par le modeverbal ou non verbal) et peut entrainer une relation.
La relation est vitale pour l’être humain. Dans toute relation il y a 2 dimensions (cognitive et affective). La dimension affective = l’expression du vécu de chacun, de sa façon personnelle d’aborder l’autre et la relation. La dimension cognitive = la connaissance objective de l’autre, qui est différent de soi.
Ces 2 dimensions sont àcanaliser.

II. Les différents types de relations

Les facteurs qui influencent l’établissement et le développement entre les individus :
* La personnalité de chaque individu
* Les croyances, les valeurs de chacun
* L’environnement
* L’attention perceptive de chacune des personnes
* L’apparence physique

a) La relation de dépendance

La dépendance : fait de dépendrede quelqu’un, quelque chose.
On distingue la dépendance physique et la dépendance psychique mais les 2 sont souvent associées. Souvent une dépendance physique conduit généralement à une dépendance psychique à long terme.
Le danger de la relation est d’aboutir à une dépendance psychique chez le patient à partir d’une dépendance physique transitoire ou durable. Certain patient consciemment...
tracking img