Apologue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1323 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : L’apologue récit à visée morale, est une forme d’argumentation indirecte dont le but est de faire passer un message. Quel est selon vous, l’intérêt d’argumenter à l’aide de récits imagés plutôt que de manière directe ?
Aux XVIIème et XVIIIème siècles, l’apologue était très populaire comme genre littéraire, car il donnait la possibilité de critiquer et de dénoncer les injustices de lasociété d’une façon indirecte. Mais quel est l’intérêt d’argumenter de manière indirecte? Autrement dit, pourquoi les auteurs d’apologue ont-ils choisi de ne pas critiquer directement, mais de cacher le sens pour que le lecteur lui-même arrive à le trouver? Cela peut avoir deux raisons : les auteurs étaient, pour diverses raisons, obligés d’utiliser cette méthode, ou les grands écrivains ont choisicette manière parce qu’ils la trouvaient efficace.
Tout d’abord, on parle des obligations qui contraignent l’écrivain à argumenter indirectement. On doit mentionner qu’il n’était pas possible pendant la période de la monarchie absolue de critiquer l’injustice de la société directement sans être puni et, bien sûr, sans perdre la possibilité d’être publié, c’est-à-dire lu. Les auteurs étaientobligés d’écrire d’une façon indirecte, car la censure était trop importante aux XVIIème et XVIIIème siècles. Beaucoup d’écrivains cachaient le vrai sens de leur oeuvre à l’aide de différents procédés stylistiques. Par exemple, Jean de La Fontaine utilise le bestiaire qui correspond, en fait, au monde humain, et un animal désigne toujours un type social humain, comme le renard et le loup qui sontdes courtisans et l’âne qui désigne un homme faible et misérable. On trouve ces exemples dans « Les Obsèques de la lionne», l’une des fables de La Fontaine. Parfois, les auteurs utilisent l’antiphrase et ils semblent être favorables à ce qu’ils dénoncent, en fait, pour tromper la censure, comme Montesquieu l'a fait dans «L’esclavage des nègres» (in L'esprit des lois) en présentant les argumentsfaussement logiques pour l’esclavage quand, en fait, il pense le contraire. Voltaire dans Candide utilise l’ironie quand il décrit la guerre comme un spectacle. En tout cas, les auteurs n’ont pas d’autres choix à cause de la censure du roi.
De plus, les écrivains rencontrent parfois un grave problème, quand le lecteur n’accepte pas la critique directe, parce qu’il n’est pas prêt. Quand l’auteurmontre clairement les défauts des hommes, cela peut provoquer même le rejet et le mépris de la part du destinataire, comme si l’auteur semblait être supérieur à son lecteur. On peut voir que parfois la morale est, en fait, immorale, parce qu'il est plus facile de conseiller de ne pas faire quelque chose que de déboucher sur une action. Ce fait est bien illustré dans le récit anonyme du corpus où lamorale est la suivante : «jamais méchant ne saura gré à celui qui l’a obligé». On peut trouve un exemple d’une morale «immorale» dans la fable de La Fontaine «Les Obsèques de la lionne», où la flatterie et l’hypocrisie sont favorisées et conseillées au lecteur. Ainsi, l’auteur est forcé d’écrire de manière imagée car, malheureusement, sans cela, il n’y aurait pas beaucoup de lecteurs «avertis» quicomprendraient bien le message du philosophe.
Enfin, on peut remarquer que les auteurs vraiment talentueux ne peuvent _faire juste une simple dénonciation ou une morale sans le récit avec toutes les figures de style, parce que ce serait trop simple, et il ne serait pas nécessaire d' être un philosophe ou un grand écrivain pour rédiger un texte argumentatif de cette façon, en oubliant l’intérêtlittéraire._ C’est pourquoi, par exemple, un auteur comme Voltaire écrit de longs contes philosophiques comme Candide et Zadig. Ainsi on peut donc constater que dans certains cas, les auteurs sont obligés, dans une perspective artistique et littéraire, d’utiliser la critique indirecte.
Mais, malgré ces obligations, qu’on ne peut pas éviter parfois, parmi les mêmes écrivains, il y a des...
tracking img