Arthur rimbaud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire Composé
« Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud. » René Char

Intro :
Si Arthur Rimbaud fut un poète inspiré, il fut également un poète inspirant. En effet, après sa mort, plusieurs écrivains lui dédièrent leurs œuvres ou empruntèrent les voies ouvertes par ce poète. Ce fut notamment le cas de René Char dans Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud en 1948. Né au début duXXème siècle, cet auteur et poète s’engagea également dans la résistance pendant la seconde guerre mondiale.
Dans le poème ici présenté, Char n’évoque pas seulement le nom de Rimbaud : il reprend aussi ses pensées et son utopie.
Dans quelles mesures ce poème est-il influencé par Arthur Rimbaud ?
Pour répondre, il est nécessaire d’articuler le texte sous trois aspects : premièrement l’hommage àArthur Rimbaud, ensuite le thème du voyage et pour finir la vision de l’homme et du monde.

Tout d’abord, on remarque nettement l’hommage rendu à Rimbaud. Les deux apostrophes l 1 et 15 « Arthur Rimbaud » ainsi que les nombreux tutoiements ( l 1,4,5,15,16 ) donnent l’impression d’une certaine proximité.
René Char apporte plusieurs références à la vie du poète, particulièrement dans le premierparagraphe. Il évoque « ses dix huit ans », « sa famille […] un peu folle » et dresse ainsi un constat de la situation de Rimbaud au sortir de l’enfance. Il énumère ce qui, dans cette situation, ne correspondait pas plus à l’idéal auquel il aspirait. L’auteur ne se réfère pas simplement à la vie d’Arthur Rimbaud, il s’inspire de son style. Il est premièrement apparent la forme du poème : commeRimbaud qui avait rompu les règles strictes de la versification, Char reprend la prose alinéaire. Il utilise quelques ponctuations fortes avec le point et le point d’exclamation mais surtout de nombreuses virgules servant particulièrement dans de longues énumérations ( l 1 à 4 et l 6 à 8 ). Cette alternance de ponctuation donne un caractère rythmé au texte. René Char accumule aussi les images, tournantson poème vers un univers Rimbaldien.
L’auteur lance une ultime déclaration à la dernière ligne «  Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi ». De cette manière, le lecteur tend à penser que, sans avoir besoin de se justifier, Ribaud serait le détenteur d’un autre monde, d’une autre voie. Comme il le dit «  j’ai seul la clef de cette parade sauvage » ( cf.« parade » les Illuminations ), ainsi Rimbaud aurait le pouvoir de se libérer des contraintes physiques pour posséder à son gré les mondes.
Si le poème évoque Arthur Rimbaud dans sa forme et de par ses références, il l’évoque aussi au travers des thèmes abordés : notamment celui du voyage et du départ que Rimbaud a exploré de manière récurrente.

Le texte aborde donc la notion du voyage, plusprécisément celui d’Arthur Rimbaud. De ce voyage, il centre, le développement sur le départ. Comme l’a dit Rimbaud «  Assez vu […] Assez eu […] Assez connu » ( cf. « départ » les Illuminations ) : le départ est provoqué par une inadéquation entre le personnage et la vie qu’il a connue.
En partant Rimbaud a réussi à fuir « l’amitié, la malveillance » ( l 2 ) ainsi que « la sottise des abeilles de Paris » etle « ronronnement d’abeille stérile » : il s’est éloigné de toutes les choses contraires à la liberté de l’âme et à la liberté poétique. Il laisse de côté le « boulevard des paresseux », « les estaminets des pisse-lyres », c’est-à-dire du commun des mortels, des vices qui envahissent les hommes.
De plus, Arthur Rimbaud ne se contente pas de tout quitter. Il « abandonne » ceux qui paralysent lemonde, il « jette » et « éparpille » les faiblesses et les bassesses : en partant, il se débarrasse donc des imperfections du monde pour faire peau neuve
Même si la destination du voyage n’est pas exprimée précisément le poète ne part pas pour autant vers nulle part. René Char évoque «  l’enfer des bêtes, pour le commerce des rusés et le bonjour des simples » : ces lieux ne sont pas des...
tracking img