Bac philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La majorité a-t-elle toujours raison ?La démocratie est un régime paradoxal. La volonté du peuple est la source de l’autorité politique ; ce n’est pas la force qui fait loi, mais le vote. Pourtant le vote fait prévaloir le grand nombre sur le petit, et cette loi du nombre ressemble à un rapport de forces. N’a-t-on pas une majorité qui écrase une minorité ?
Ainsi s’interrogent certainsadversaires de la démocratie. A quoi on répond que le principe du vote majoritaire est comme une règle du jeu que reconnaissent tous ceux qui participent à l’élection. Si la procédure du vote fait l’unanimité, alors tous consentent par avance à ce que la volonté d’une partie décide pour l’autre.
Mais tout de même, dira-t-on, il arrive que la majorité ait tort et la minorité raison. On sait bien que lavérité ne se mesure pas au nombre des voix, et qu’un seul peut voir clair au milieu de tous. N’est-il pas injuste alors que le bon droit cède devant le nombre ? Comment justifier cette apparente aberration ?
On invoque la raison contre le nombre, et à juste titre. Mais alors la solution n’est pas loin. Car le propre de la raison est d’argumenter pour convaincre. A quoi reconnaître celui qui a laraison pour lui ? A ceci qu’il saura expliquer pourquoi son avis est le meilleur. Qu’est-ce qu’un sage qui ne ferait aucun disciple ?
Si donc un parti minoritaire s’estime dans le vrai, il doit pouvoir produire les faits, les chiffres ou les arguments qui montreront à tous sa clairvoyance. Et s’il n’y parvient pas, c’est sans doute que sa position n’est pas aussi évidente qu’il le dit.
Que le plusconvaincant l’emporte : c’est la meilleure règle de décision qu’on puisse trouver ; à condition que soit égal le droit d’expression, c’est-à-dire le droit de convaincre les autres.
Peut être faut-il mettre quelques limites à la notion de vérité, peut on atteindre le vrai? Les vérités ne sont pas les mêmes suivant les époques, et ce qui est admis aujourd’hui par le plus grand nombre était hierrejeté avec la plus grande force, et ce malgré une argumentation pourtant solide, car les coutumes ne sont pas les mêmes, et les hommes agissent aussi en fonction de leurs passions et habitudes. Quant à la majorité, de nombreux faits indiquent qu’elle produit parfois des crimes atroces, le pouvoir de convaincre est-il alors une preuve de la solidité de l’argumentation? Il suffit parfois d’agiterquelques arguments populistes pour animer les foules irritées par la dureté de leur condition… Le risque serait de tomber dans le relativisme, ou même dans un certain nihilisme, on ne peut accéder à la vérité, tout se vaut… mais cette conclusion serait toute aussi destructrice et n’aide aucunement à vivre en société. Comment prendre alors des décisions? Faut-il se fier à es experts ou au plus grandnombre? Dans le premier cas on peut s’interroger sur l’avis des experts, quels intérêts défendent-ils? sont-ils vraiment mieux placés pour savoir à la place des autres quel est leur bien? Et si c’est le plus grand nombre, agit-il en connaissance de cause? Que doit-on privilégier, la liberté ou l’équité? Montaigne avait lui choisis comme critère la cruauté, c’est la seule qui ne trompe pas, lemieux est alors de prendre des décisions les moins “cruelles” (et au 16e siècle il était déjà contre la peine de mort, il donnait la paroles aux femmes, aux enfants, et ne considérait pas les “cannibales” comme des sauvages mais au contraire comme plus civilisés) reste encore à savoir dans quelle mesure un acte est cruel ou non; mais il cherchait justement à ce “que soit égal le droit d’expression”,que chacun puisse vivre le plus librement possible.Car c’est finalement la condition primordiale pour vivre en commun, c’est finalement accepter de ne pas posséder un savoir absolu que l’on imposerait aux autres, mais avoir le droit de penser tout en laissant aux autres ce même droit; le meilleurs gouvernement est sans doute celui ou chacun peut penser librement et ou la cruauté à le moins de...
tracking img