Baudelaire-les fleurs du mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (826 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles-Pierre Baudelaire (9 avril 1821-31 août 1867) : À six ans, il perd son père et tombe sous l'autorité de son beau-père. Le destin de Charles est donc lié à celui de cet homme ambitieux dont lacarrière sera extrêmement brillante. Baudelaire découvre alors la solitude. En 1837, il remporte le 2e prix des vers latins au Concours général. Le jeune bachelier s'inscrit à la faculté pour faireson droit.
Il se mêle aux écrivains, aux poètes, aux peintres, jouant le rôle d'un personnage cynique et désabusé en quête de toutes les provocations. Baudelaire apprend à formuler et à connaître ceMal intérieur qui le ronge.
Il s'embarque en juin 1841 pour Calcutta mais n'ira pas plus loin que l'île Bourbon et sera rentré au bout de six mois. À son retour, il réclame l'héritage que lui a laisséson père. Il échappe ainsi à l'emprise familiale.
Il s'installe à Paris dans l'île Saint Louis et se lie avec Sainte-Beuve, Théophile Gautier et Victor Hugo. Baudelaire commence à dépenser safortune, menant une vie de jeune dandy. Sa famille le dote d'un conseil judiciaire. Rejeté dans un état d'éternelle irresponsabilité et pour échapper à la misère, il devient critique d'art et traduit lesœuvres d'Edgar Poe.
En 1857, il publie son premier recueil, Les Fleurs du Mal. L'accueil réservé au livre est mitigé. La saisie du livre est ordonnée. Baudelaire comparait devant le tribunal. L'ouvrageest condamné pour « offense à la morale et aux bonnes mœurs ». Il doit retirer six poèmes et s'acquitter d'une amende.
Il commence à publier dans les journaux certains textes en prose. En 1864, LesPoèmes en prose paraissent sous le titre Le Spleen de Paris. Il tente vainement d'être élu à l'Académie française et doit fuir ses créanciers en Belgique. Les premiers signes du délabrement de sa santése font sentir.
En 1866, c'est l'aphasie et l'hémiplégie. L'agonie sera lente, Baudelaire s'éteint le 31 août 1867. Il sera, comble de l'ironie cruelle, inhumé au cimetière Montparnasse aux côtés...
tracking img