Biographie keynes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2887 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Après un demi-siècle, une pensée toujours vivantes
Dans l'histoire de l'économie politique, John Maynard Keynes est le seul, avec Marx, à avoir donné son nom à un corps de doctrine. Et, malgré les furieux assauts des libéraux, le keynésianisme reste une pensée vivante, cinquante ans après la mort de l'auteur de la Théorie générale. Intellectuel brillant, homme de culture, mais aussi d'action,Keynes était habité de l'esprit de responsabilité : pour lui l'économie n'avait d'autre finalité que le service de l'homme. De quoi irriter profondément tous ceux qui ne jurent que par le marché et récusent l'intervention des citoyens dans les affaires qui les concernent.

--------------------------------------------------------------------------------

John Maynard Keynes est mort en 1946 - ily a un demi-siècle - à soixante-deux ans. Il venait, au cours de la guerre, de consacrer d'intenses efforts pour négocier, au nom de la Grande-Bretagne, des accords économiques et commerciaux susceptibles d'assurer un ordre international durable. Sa vie avait été exceptionnellement active 1.

A Cambridge, il enseignait, dirigeait les travaux des étudiants, animait son club d'économie politiqueet gérait les finances de King's College, dont il était fellow ; à Tilton, dans le Sussex, il écrivait et cultivait ses terres ; à Londres, il était engagé dans un tourbillon d'activités politiques, administratives, financières, journalistiques. Il maintint toujours des rapports étroits avec ses amis du groupe de Bloomsbury : Virginia Woolf, Lytton Strachey, Duncan Grant et d'autres artistes etécrivains. S'étant enrichi par la spéculation, la vente de ses livres et la rémunération de ses articles, il fut aussi ce que les Britanniques appellent un patron of the arts, ouvrant un théâtre, subventionnant une troupe de ballet, subvenant aux besoins d'amis artistes. Il présida, pendant la dernière guerre, le Comité pour l'encouragement à la musique et aux arts, qui deviendra le Conseil des artsde Grande-Bretagne. Il laissa, à sa mort, une importante collection de tableaux et de livres anciens. Il y a donc bien des manières d'évoquer la mémoire de cet homme. En cette période de laisser-faire, soulignons ici son esprit de responsabilité. Même par ses adversaires et critiques, Keynes a été reconnu comme le plus important des économistes de notre siècle. Mais cet économiste hors pairestimait que l'économie devait occuper une place de second rang, derrière l'éthique et le politique. L'économiste devait donc - comme l'homme politique, le journaliste ou l'administrateur public ou privé - assumer sa responsabilité face aux problèmes de son temps. De l'ensemble des oeuvres et des activités de John Maynard Keynes se dégage clairement ce fil conducteur : un combat acharné, obstiné, pourconvaincre ses contemporains de la nécessité de profondes réformes, tant pour conjurer les catastrophes qui menacent le monde et la civilisation que pour assurer à tous les conditions matérielles d'une vie meilleure. C'est " avec une ardeur militante que la plupart de ces essais furent écrits, en un effort pour influencer l'opinion publique 2", souligne-t-il dans la présentation de ses Essays inPersuasion. L'étalon-or contre les travailleurs FONDAMENTALEMENT, pour lui, l'économie doit être non une fin, mais un instrument au service du social, géré par le politique : " Si les économistes pouvaient parvenir à se faire considérer comme des gens humbles et compétents, sur le même pied que les dentistes, ce serait merveilleux «3 "La guerre et l'instabilité internationale, le chômage,l'orthodoxie financière et la croyance aveugle dans l'efficacité du marché ont été ses principales cibles. Au lendemain de la première guerre mondiale, représentant le Trésor britannique à la conférence de paix de Paris, Keynes s'opposa à l'attitude revancharde qui amenait à imposer à l'Allemagne des paiements de réparations excessifs. Il fallait reconstruire l'Europe, assurer partout une économie...
tracking img