Black boy

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1820 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Autobiographie d’un des principaux auteurs noirs américains, Black Boy est le récit des années de jeunesse de Richard Wright. Un peu de blanc, un peu de noir et un peu de rouge : Richard sera un "Homme de Couleur" et en tant que tel devra se conformer aux règles de la ségrégation sudiste. Malheureusement pour lui, Richard prend très vite conscience de sa dignité humaine et se heurte à cettesociété injuste.
Le récit est celui d’un enfant. Il raconte sa jeunesse en évoquant ses souvenirs. La confrontation entre le ton enjoué d’un enfant et le fond dramatique d’un écorché vif est particulièrement , marquant.

Entre misère et pauvreté, Wright dénonce tout ce qui faisait la vie d’un noir dans le Sud : prédominance de l’Eglise, violences et injustices des blancs, auto-censure de la sociéténoire etc.

Sa sensibilité parvient cependant à fleurir sur ce fumier et l’on se demande à chaque page comment il parvient à s’en sortir... C’est finalement peut être là qu’est le message d’espoir
Nous sommes en 1912, Richard à quatre ans, et le petit Afro-Américain vît avec ses parents, son frère et sa grand-mère dans la ville de Memphis, Tennessee.

L’éducation qu’il reçoit est loin d’êtredigne: en effet, souvent battu, le jeune garçon se sent perdu. Un jour, n’étant pas conscient de ses actes, il met le feu à sa maison qui finit en cendres. Pour cet acte de barbarie, il est sévèrement puni à coups de fouet. Peu après, le père abandonne sa famille. A seulement cinq ans, Richard tombe sous l’emprise de l’alcool, et rentre fréquemment ivre, recevant corrections sur corrections. Samère le sentant faible,celle-ci lui apprend un beau jour à se défendre, aux dépends d’une bande de gamins blancs. La mère ne pouvant plus subvenir aux besoins familiaux, ils déménagent à Jackson, plus au sud.

Le jeune garçon y découvre la soif d’aventure et la littérature grâce à Ella, qui est en quelque sorte son institutrice vivant également dans la maison. Mais ne s’y sent pas bien, et dépasseles limites. L’histoire se finit mal, la famille déménage chez la tante Maggie et Richard semble avoir trouvé en ce lieu un peu de réconfort. Mais une fois encore, le sort s’acharne sur la pauvre famille Wright car l’oncle Hoskins, mari de tante Maggie, est un soir abattu par les Blancs pour la simple et unique raison que celui-ci ne voulait leur vendre son petit commerce. Richard est alorscontraint de retourner chez sa grand-mère où il est envoyé à l’école pour la première fois. Il est si terrifié qu’en classe, le pauvre enfant n’arrive à s’exprimer, ni même à prononcer son nom tellement sa frayeur est intense. Mais les choses s’arrangent finalement pour lui et il se fait même quelques amis. Comme dans beaucoup de cas, les bagarres éclatent à l’école, de plus, la mère de Richard perd lasanté. Richard travail pour amasser quelques cents mais ce n’est pas suffisant et ils déménagent trois fois en quelques semaines, se retrouvant alors dans une maison guère plus grande qu’une caravane. La mère de Richard finit paralysée et les deux frères sont séparés.

Le petit est pris en charge par tante Maggie, qui réside aujourd’hui à Détroit. Richard quant à lui, choisit d’aller s’installerchez son oncle Clark, à Greenwood, à quelques kilomètres seulement de la maison de la grand-mère, là où est placée sa mère souffrante. Dès son arrivée, Richard est épié. Il retrouve une nouvelle école où il est vite accepté surtout pour sa force dans les bagarres, mais la peur s’empare de lui lorsqu’il apprend qu’un jeune garçon aujourd’hui décédé vivait dans la même chambre. Dès lors, il ne peutplus dormir et ne veut que retourner vivre auprès de sa mère. Celle-ci va mieux mais elle rechute, devenant un corps presque inanimé.
Richard a douze ans et sa grand-mère veut l’initier à la religion, ce qui ne lui plaît guère, d’une part parce que l’institutrice même est sa tante Addie, femme qu’il ne veut pas respecter, et d’autre part, parce que cela ne l’intéresse que très peu. Un soir,...
tracking img