Caligula

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7900 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Caius (Gaius Caligula)
(Caius Cæsar Germanicus)


caligula


L'historien latin Suétone, généralement assez peu objectif, s'est littéralement déchaîné sur les empereurs de la dynastie Julio-Claudienne. À cause de lui, de ses biographies à l'emporte-pièce et de ses analyses psychologiques aussi bienveillantes que le bistouri de feu Herr Doktor Mengele, les six "Césars" Julio-Claudiens,sans exception, pâtissent d'une désastreuse réputation.

Cependant, parmi tous ces punching-balls voués à la verve cancanière de Suétone, c'est sans doute le jeune Caligula qui porte la plus lourde croix. Le texte que l'écrivain latin lui consacre, ce n'est plus une biographie, mais un recueil de crimes, une compilation d'horreurs !
En fait, personne de sensé n'accorderait le moindre crédit àce tissu d'invraisemblance que constitue le "pamphlet" de Suétone s'il n'était, malheureusement, quasiment la seule source dont nous disposions encore pour tenter d'appréhender la personnalité, la vie et le règne de ce pauvre fou de Caligula, cet empereur qui demeure, finalement, l'un des personnages les moins bien connus de toute l'histoire romaine.


Sur cette page :

*Caligula, sa famille, sa jeunesse
* Caligula et Tibère
* Le "dieu Caligula"
* La folie de Caligula
* Caligula et les Juifs

Page suivante :

* L'assassinat de Caligula
* Caligula et Ponce Pilate

Caligula sur la Toile

Deux beaux livres de Cristina Rodriguez :
* Le César aux pieds nus
* Les Mystères de Pompéi

CALIGULA, SA FAMILLE, SA JEUNESSECaligula, de son vrai nom Caius César (ou Gaius Cæsar) naquit le 31 août de l'an 12 ap. J.-C, sans doute à Antium. Il était le troisième fils de Germanicus, neveu et fils adoptif du futur empereur Tibère, et d'Agrippine l'Ancienne, petite-fille de l'empereur Auguste.
Détail qui n'est pas sans importance, le petit Caius, descendant direct d'Auguste, se trouvait également être, par sagrand-mère Antonia, l'arrière-petit-fils du vaincu d'Actium, le lunatique Antoine. (Voir Tableau généalogique).

Alors que son troisième descendant mâle poussait ses premiers cris (ce ne furent pas les derniers !), Germanicus, l'un des meilleurs soldats de son temps, se trouvait sur les bords du Rhin, fort occupé à guerroyer contre les Germains. Il avait fort à faire : il s'agissait alors de modérerl'ardeur combattive des Barbares qui, sous la conduite de leur chef Arminius, avaient infligé, quelques années plus tôt (9 ap. J.-C.) une raclée historique au général romain Varus et anéanti ses légions. Comme l'heureux nouveau papa ne pouvait en aucun cas quitter son poste, Agrippine, accompagnée de toute sa marmaille (y compris bébé Caius), rejoignit son époux. C'est là, sur la frontière du Rhin,qu'ils apprirent que le vieil empereur Auguste était mort et que Tibère avait accédé au pouvoir suprême. (14 ap. J.-C).

Ce décès ne changeait pas grand-chose aux espérances politiques et dynastiques du père de Caligula. En effet, le vieil Auguste avait pris toutes les dispositions utiles pour lui assurer l'avenir le plus radieux. C'était du tout cuit ! En définitive, ce serait lui, Germanicus,fils adoptif et d'ors et déjà successeur désigné de Tibère, qui hériterait de l'Empire si son "père" venait à mourir ou renonçait au trône. Or, le nouvel empereur n'était plus tout jeune (il avait 56 ans), il était usé par des années de vie militaire et, qui plus est, sujet à de fréquentes crises de déprime. Il suffisait donc que Germanicus attende quelques années, voire quelques mois, pour que,sans pleurs ni grincements de dents, le pouvoir tombe, tout chaud tout rôti, dans son assiette ! (Voir : Succession d'Auguste)

Mais les soldats, eux, ne l'entendaient pas de cette oreille ! Pour eux, la désignation de Tibère n'était qu'une farce ! On essayait de les lanterner ! Les Sénateurs de Rome avaient désigné un Princeps ? Soit ! grand bien leur fasse ! Mais eux, ils avaient le droit...
tracking img