Civilisation des moeurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2159 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Civilisation des mœurs
Norbert Elias (1939)

Conférence de Méthode de Science Politique

ELIAS Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, coll. Agora, 1973, 509 p.

Norbert Elias est un sociologue allemand du XXe siècle (né en 1897, décédé en 1990). Philosophe de formation, il est contraint de fuir l’Allemagne avec l’accession des nazis au pouvoir, afin de poursuivre sesrecherches. C’est à Londres qu’il débute sa carrière d’enseignant, tout en se consacrant à la rédaction de son œuvre principale, Über den Prozess der Zivilization, publiée pour la première fois en 1939, dont la traduction française paraitra en deux volumes : La civilisation des mœurs (1973) et La dynamique de l’Occident (1977). Cependant, ces écrits n’eurent que peu d’impact, avant d’être redécouvertsdans les années 1970, et que la qualité de ses recherches soit reconnue.

La civilisation des mœurs est un livre protéiforme. N. Elias y mêle analyse historique de très longue période (du Moyen Age au XXe siècle) et étude plus précise sur ce siècle charnière que constitue selon lui le XVIe. Il passe de l’analyse de la civilisation c’est-à-dire de la société occidentale dans son ensemble àl’étude d’acteurs sociaux inscrits dans un temps et dans un lieu (chevaliers, bourgeois, aristocrates mais aussi de Goethe, Henri IV, Frédéric II, Erasme.) En associant dans une même analyse pratiques et émotions, Elias n’oppose pas psychologie et sociologie. Plutôt, il cherche à " sociologiser " un domaine de l’humain, les émotions, les affects, jusque là réservé à la psychologie. N. Elias met aupoint des outils techniques ainsi que quelques exemples d’analyse pouvant être utiles à la construction d’une sociologie du corps. Une dimension du travail d’Elias participe de l’étude des " techniques du corps " chères à M. Mauss. Produits sociaux, les usages des corps sont modelés en fonction de normes telles que la pudeur et la sensibilité. Ces normes de la société sont intériorisées par lesindividus au terme du processus de socialisation.

Les premiers chapitres de La civilisation des mœurs sont consacrés à deux axes principaux : l’antithèse qui réside entre le terme français de « civilisation » et le terme allemand de « Kultur et les initiateurs du processus de civilisation. En effet la première partie porte sur l’antithèse culture-civilisation et il convient de l’inscriredans le contexte des débats intellectuels de l’entre-deux-guerres qui opposent deux conceptions de la culture, la conception allemande particulariste et la conception française universaliste. Dans ce prologue, Elias fait à la fois l’historique de ce débat et du terme qu’il utilisera tout au long de son ouvrage celui de civilisation.

Elias commence par souligner les différences d’usage destermes “ culture ” et “ civilisation ” qui existent entre la France et l’Allemagne. En Allemagne, le terme de culture est lié au sentiment d’orgueil national, il désigne les réalisations intellectuelles ou artistiques et est opposé au terme de civilisation qui désigne, quant à lui, un comportement. En France, au contraire, l’opposition entre les deux termes est beaucoup moins marquée et la culturecomme la civilisation renvoie d’avantage à un processus qui concerne l’humanité tout entière engagée sur la voie de la civilisation qu’aux réalisations d’un seul pays. Norbert Elias va chercher à comprendre la genèse de ces concepts dans une perspective sociologique.

L’antithèse culture-civilisation allemande est à rapporter à l’opposition entre l’intelligentsia de la classe moyenne allemande etla société de cour. La classe moyenne allemande est alors complètement exclue du pouvoir et des prises de décisions politiques, mais rêve de faire l’unité allemande. De son côté, la noblesse n’est pas unifiée et ne constitue donc pas un modèle à imiter et est fortement imprégnée de culture française (la noblesse allemande parle et lit en français et dénigre la langue allemande). Ces deux...
tracking img