Commentaire de texte sur l'incipit de jacques le fataliste de diderot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte sur l’incipit de Jacques le fataliste de Diderot

Jacques le fataliste est un roman d’un genre nouveau de Denis Diderot, publié en 1783, près de 18 ans après le commencement de son écriture. Diderot, principal rédacteur de l’Encyclopédie, y raconte les aventures et les discussions d’un valet et de son maître qui cheminent ensemble. Comment Diderot se sert-il de l’incipitparticulièrement atypique de son roman pour nous faire part de ses interrogations de philosophe et d’auteur des Lumières ? Nous étudierons dans une première partie le caractère complexe et original de l’incipit et dans une deuxième partie les messages qu’il entend délivrer au lecteur, notamment sur le fatalisme, son rôle d’auteur et la forme du roman.

Le rôle d’un incipit est d’apporter desinformations sur les personnages, le lieu de l’action, la temporalité, l’intrigue, le ton général du récit, et d’accrocher ainsi le lecteur. Or, Diderot nous livre en préalable une série de questions auxquelles il n’apporte aucune réponse satisfaisante pour le lecteur. D’emblée nous ne savons pas qui sont les personnages, dénommés « ils » dans la première phrase de l’incipit, d’où ils viennent, où ilsvont, ce qu’ils font. Au lieu d’intéresser le lecteur, le narrateur se moque de lui avec des réponses plates qui ne délivrent aucune information « par hasard » « du lieu le plus proche », le bouscule « que vous importe », l’apostrophe « vous voyez lecteur », le fait patienter « et vous pour ce délai ». La narration est d’ailleurs quasiment exclue de l’incipit au profit de l’oralité. Car enparallèle au dialogue entre Jacques et son maître, s’instaure aussi un dialogue entre le narrateur et le lecteur.
La structure du récit, très complexe et décousue, se déroule sans aucune logique. Aux questions initiales succède soudainement un dialogue théâtral entre Jacques et son maître qui commence par répondre directement « C’est un grand mot que cela » à une affirmation présentée indirectement parJacques qui la tient de son capitaine. On peut noter la lourdeur de la phrase « Jacques disait que son capitaine disait que … » qui embrouille encore plus le lecteur. Le dialogue théâtral est interrompu lui-même par un retour au récit narratif et un discours annoncé par un verbe introducteur : « Après une courte pose, Jacques s’écria : … » Le « cabaretier et son cabaret » apparaissent alors commeun cheveu sur la soupe. Le présent de narration utilisé par Jacques lorsqu’il raconte sa mauvaise aventure avec son père prête à confusion et donne l’impression en première lecture que les deux protagonistes sont attablés dans un cabaret, alors qu’il s’agit en fait d’un événement passé. Le commencement du récit des amours de Jacques, annoncé, ne se réalisera pas. Il est aussitôt interrompu par unedigression sur le moment de la journée, le temps qu’il fait, la colère du maître. Nous assistons ensuite à une longue intervention du narrateur qui revendique sa liberté d’auteur pour nous livrer la suite de l’histoire.
Enfin, l’inversion de la relation entre le maître et le valet est surprenante. Diderot fait de Jacques le personnage principal de l’histoire, celui qui suscite l’intérêt, quiparle beaucoup, qui philosophe. Le maître est présenté comme un faire-valoir, effacé, anonyme ; il se contente de répéter ce que dit Jacques pour faire rebondir le dialogue « Tu as donc été amoureux ? » « Et cela par un coup de feu ». Jacques dispose du pouvoir, il intéresse le maître qui est demandeur. Après cette inversion de rôle, la colère du maître qui rosse son valet paraît d’autant plusétonnante.

Mais Diderot ne se contente pas de déstabiliser le lecteur en lui offrant un incipit original et complexe ; il introduit dans son récit une dimension philosophique et ses propres réflexions sur le genre romanesque.
Dans la question « Est-ce que l’on sait où l’on va ? » Diderot nous interpelle déjà sur le sens de l’existence. Il faut noter l’emploi du pronom personnel « on » à la place...
tracking img