Commentaire incipit de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique Candide (incipit)

Introduction : Ce texte qui ouvre le conte de Voltaire, décrit la société du château de T.T.T. dans laquelle vit Candide. Elle se présente comme un paradis terrestre digne des contes de fée.
Cependant, des failles apparaissent dans ce monde, et cette société se révèle bientôt grotesque et factice, notamment ce qui relève de son pouvoir et de sesjustifications (philosophie optimiste héritée de Leibniz).
Deux axes directeurs pourront guider notre approche

I – Les Eléments du conte traditionnel ( = le conte de fée)

a) Le Schématisme des personnages

- Recours au nom-portrait
« Thunder-ten-tronck », sons durs, germaniques, Thunder = tonnerre, allitération en « t » = idée de cacophonie.
« Candide », nom qui nesonne pas germanique, qui annonce son caractère et prépare sa physionomie.
« Pangloss », construit à partir de deux mots grecs (symbole (et cliché) du savoir), Pan = tout, gloss = langue : Il parle toutes les langues.
- Réduction de personnages à un détail
« Cunégonde » = nourriture, énumération de ses attributs, (sensualité).
« La Baronne », réduite à son poids(non négligeable).
Les femmes partagent la même caractéristique, elles sont grasses.
Les personnages sont des marionnettes, sans grande profondeur. (aucune psychologie)

b) Le Cadre

Il est propre au conte
- La scène se situe dans un château, décor par excellence du conte
- Vesttphalie : province allemande, nom à consonances germaniques : contrée peuconnue, soumis aux guerres européennes
- Le temps de l’action est imprécis, comme dans les contes. Usage de
l’imparfait, « il y avait » rappelle le « il était une fois » traditionnel des contes.
- Le cadre de ce conte semble figé (imparfait = temps de la durée, action habituelle et générale), univers immobile, existant de toute éternité.
La scène se situe dansun cadre où tout semble aller pour le mieux depuis toujours.

c) Un Monde idyllique et idéal

- Vocabulaire mélioratif : « droit (l.5), bon et honnête gentilhomme (l.10), Monseigneur (l.22), une très grande considération (l.25 - 26), honneur (l.26), dignité (l.27), respectable (l.27 - 28), digne (l.30), toute la bonne foi (l.33), admirablement (l.36) » en abondance et réparti dansl’ensemble du texte.
- Rôle des superlatifs : « Le plus simple (l.6), un des plus puissants (l.15), meilleur (l.38), le plus beau (l.39), la meilleure (l.40) » = éloge outrancier.
- Equilibre de la famille du conte = harmonie (Père / Mère / Fils / Fille)
- Enfin, elle appartient à la noblesse.

Conclusion : Ce texte emprunte donc au conte traditionnel par certainsaspects, mais il en est aussi une parodie.

II – Les Effets de mise à distance (par rapport au conte) distance ironique

a) Eléments problématiques

- La situation dans laquelle se déroule l’action est précisée : La Westphalie (Allemagne), détail réaliste qui rompt avec l’univers traditionnel du conte, qui court-circuite le merveilleux.
- Aparté du narrateur : « jecrois », introduisant le doute sur la réalité décrite. Le narrateur nous invite à prendre une distance critique par rapport à la réalité décrite.
- Entorse faite au protocole, à l’étiquette. La description des personnages commence par le portrait de Candide (un bâtard), alors que traditionnellement, on débute par le personnage le plus important hiérarchiquement ( = le baron). Le narrateurintroduit un doute sur la légitimité du pouvoir du baron.

b) Le Grotesque (ce qui prête à rire par l’excès, l’aspect caricatural)

- Les personnages
Le baron a un nom ridicule (lourdeur) sonorités rudes = brutalité (le chasse), de plus « ils riaient de ses contes » détruit l’image traditionnelle de la noblesse en suscitant l’hilarité de ses gens. Le fils « en tout...
tracking img