Commentaire d'un passage de la peste de camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
commentaire de text e, un extrait de La Peste :

Question : Quelles significations peut-on donner à ce spectacle d’Opéra ?

I/ Le spectacle de la peste :
« La peste sur la scène sous l’aspect d’un histrion » : l’évolution de la relation qui se tisse entre la scène et la salle et la lente prise de conscience de ce qui se joue réellement.

è l’ « illusion théâtrale »(convention au théâtre)–qui consiste , pour les acteurs, à faire comme si les acteurs étaient seuls, sans la présence du public -est rapidement compromise : la réalité et le monde réel gagnent la scène.

1/ le 1er paragraphe rend perceptible par des notations de détail l’ambiguïté du jeu du comédien principal : la maladie lui impose un jeu singulier qui n ‘a rien à voir avec la mise en scène prévue de cet opéra.Cf la notion de 4ème mur chez Diderot : ce mur s’effrite peu à peu, d’acte en acte.
l.1 « avec facilité » : pcqu’il est souffrant, mais ce gpe adv passe assez inaperçu, faisant écho à « avec grâce »
1er § :
l. 4 « c’est à peine si… »
l. 7 « avec un léger excès de pathétique »
l.9 « qui lui échappèrent »
l. 10 « comme un effet de stylisation »

2/) Or, le public réagit tardivement audrame qui se joue réellement sous ses yeux
un public « averti » (celui du parterre= « les plus élégants de nos concitoyens »p.203)qui se laisse tromper jusqu’au 3ème acte où « une certaine surprise » seulement apparaît, un public d’ailleurs aveugle longtemps à l’anachronisme du décor.
3/ Une interaction s’établit finalement entre la scène et la salle sans que le narrateur puisse vraiment affirmer sic’est le comédien qui suscite l’inquiétude du public ou l’inverse.
Cf . l.15 « Et comme si.. ;ou….comme si »
4/ Interaction qui va jusqu’à la confusion( sens propre et sens figuré) entre la scène a réalité de la salle :le public reproduit le spectacle , le mime :
->les femmes en jupe remplacent les femmes en tunique
les 1ères partent « tête baissée »= posture d’humilité devant lemalheur/ Les 2ndes « commentèrent avec grâce son malheur »=une certaine modération de ton dans l’expression peu lyrique du malheur
-> les hommes se comportent comme autant d’Orphées plus avisés que leur modèle antique : « guidant leurs compagnes…et leur évitant… »

II/ De la mise en scène d’un mythe à celle de la peste : une réécriture du mythe

1/Le mythe d’Orphée :
-résumé ici ds les gdeslignes, sans le pittoresque d’Ovide
- une mort prématurée du personnage : il sort vivant des enfers ds le mythe
- la variation finale :le dénouement tragique différent du mythe : cet Orphée oranais du XXème siècle meurt de la peste.Cf . les symptômes de la maladie :……………

Le choix d’un mythe ds lequel l’homme est seul responsable de ses erreurs, tué par ses semblables, dont la mort n’engagepas directement la responsabilité des dieux, à la différence d’autres grds mythes : Prométhée, Tantale ou Sisyphe.

2/ Le registre humoristique ajoute une nlle note à la dimension tragique du mythe
Il faut se souvenir de la cruauté des femmes qui déchirent les membres du poète antique( Ovide, Les métamorphoses)
Il parcourt le texte et apparaît
A) Pour évoquer le comédien et l’univers facticeoù il évolue
è il semble ridicule, gauche et « pathétique » cad pitoyable . La « grâce »par laquelle « quelques femmes en tunique comment(ent) son malheur »ne se retrouve pas dans le 1er rôle masculin de cet opéra(comique ?).
è le narrateur le compare à un « histrion désarticulé », pantin qui joue une grossière farce
B) Pr évoquer les spectateurs :
- la fuite d’abord en catimini, qui se soldepar une débandade sonore(« en criant »),révèle la lâcheté et l’irresponsabilité collective face à la mort du comédien et à sa détresse morale et physique, mais aussi l’impuissance et la peur du public.
è l’humour côtoie la satire, sans que Camus s’érige en donneur de leçon.
3/ Un point de vue subjectif porté sur le spectacle et sur le public :
C’est Tarrou qui ns donne à lire ici un extrait...
tracking img