Commrentaire de leif davidsen

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1040 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire n°4 de Leif Davidsen,Danois Serbe: ch 22: l'attentat raté.
Intro: ce passage coïncide ac la fin de l'œuvre; SS va ê assassiné. Tt est fait pr conditionner qu'il va réussir, ms c un ratage qu'il attend. L'aut ns fait passer par des différents points de vue. Un entretient , empressem, la présence des J.
Plan:
I)_ La frénésie des journalistes
A)_ Fébrilité générale
Leromancier suggère que c le cohue dès le début du tx. 1Ères phrases=>une énumérat de complément rend compte de l'ambiance générale. Cet élargissem=>le but ici est de montrer que le cohue est général(bousculade=>l.3). «M des journalistes(...)» (l.5 à 8) s'applique aussi(scoop=exclusivité). (l.48): «Journalistes et photographes»; (l.50): «se fraya» montre la difficulté à se déplacer. Les gens st tt prèsles uns des autres.
B)_ Sérénité de l'écrivain
SS=pers clé du roman. SS est très calme=>elle est physiquem minable. L'aut fait le contraste ac lequel il aborde ces 2 mouvem; il souligne pendant tt le passage le fait qu'elle soit calme et sereine (l.11-12): «doux et aimable»=>elle n'est ps très perturbée; «elle lui adressa ce sourire doux et aimable»/ «Cette douce et aimable f d'âgemoyen»=>elle est gentille et contente. Au départ l'aut met tt en œuvre pr montrer son caractère aimable, et celui des journalistes=rustres. (l.24): «c très bien» =elle est poli; (l.52-53)=>ces signes; (l.57): «sa voix calme»/ «un peu de frayeur devant tant(=hyperbole) de brutalité»=>passé calme. On peut montrer qu'il y a 2 méthodes pr dire aux J de se calmer(P=impératif, il le dit 3 fois ms cela ne marcheps); quant à SS qui prend la parole une seule fois=cela marche par sa politesse. C n'est ps elle qui se comporte com une malapprise(l.56-58)=>elle est efficace=un relatif=>retour au calme ms il n'est que temporaire.
C)_ Panique
Qd il entre en act°=>c déjà une sc d'activité. Son désir c jouer sur la surprise. La sc est tendue: sc est remplie de tens ; (l.90): «s'écria» ; (l.98): «cria-t-elle»;=2 coups de feu, chaque act débouche sur une autre act. Tte la sc est construite sur un principe de continuat. (l.117-120): «hurler», «s'enfuir», «restaient cloués»=>3 façons différents de panique.
II)_ Une scène d'action (création d'une tension dramatique)
A)_ L'auteur est le centre=le point de mire
Thriller=les romans de suspense. «Un cerveau potable». Comment ce passage estemblématique. Le romancier joue sur les différents points de vue. L'aut est en train de ns faire attendre le moment où le type va tenter son coup. «Tte l'attent se concentrait sur SS»=>meurtrier a un champ libre. Physiquem elle est au centre(l.52): «autour»=>ts les autres st placés autour d'elle; (l.74): «encerclait». Elle est p-ê protégé, ms aussi menacé. La métaphore filée(l.5)=>elle est vulnérable.(l.41): «ménagerie», (l.95): «troupeau»=>blâme des J.
B)_ Alternance des points de vue
L'éclairage de la sc varie ac la continuat du dénouem. Les pers qui passent ne st ps forcém intéressé sur l'aut que les abords. Ils guettent ei surveillent=>ils montent la garde. (l.1): «il regarda»=>Tagensen regarde tt ce qui se passe autour de SS. (l.41)=>m attitude que celle des J. (l.86-87)=>il mentionne cequ'il voit, l'adverbe: «soudain»=construite sur un cert dynamisme, un cert rythme, un moyen de jouer ac l'utilisat de longuet(=qui dure longtemps).
C)_ Une scène extrêmement rythmée
Ds la 1ère partie l'aut parle des pensées de P, après il n'y a +=>tt est placé ss le signe de l'act°. On passe progressivement de la réflex à l'act. La sc est construit sur les 3 parties: (l.31)=confusion=ces q°ne st ps efficaces=moment de la cohue. Pour Tagensen les pensées st + développées(monologue intérieur)=>focalisation interne, le narrateur omniprésent Per Tagensen trouve que les J ne servent à rien=il retarde le moment où il va aborder le vrai sujet. L'aut s'aventure ds le caractère qui ne ns intéresse ps au premier chef=un moyen d'accentuer l'act principale =la cohue des J; la conférence de...
tracking img