Correspondances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (762 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte correspondances :
Ce sonnet est le premier des quarante trois sonnets que comporte le recueil des Fleurs du Mal, paru en 1857. C’est donc une forme à laquelle le poète aimes’adonner. Il appartient également à la première des cinq parties de cet ensemble intitulé « Spleen et Idéal ». Son titre, « Correspondance », n’a rien d’original à une époque où les romantiques avaientmis en évidence l’existence d’un langage de la Nature, passant par des symboles, dénommés « correspondances » et où bien des penseurs et des écrivains la correspondances entre les sens, l’imaginationet les autres facultés intellectuelles. Pourtant, quelle révélation distincte et originale nous transmet ici Baudelaire ? Il nous révèle d’abord que la Nature parle à l’homme en une languemystérieuse. Puis, que cette langue se fonde sur la relation entre tous les éléments de l’univers. La mission du poète, dit il peut être de nous initier.
Le premier quatrain commence par une affirmation enmanière de présent de vérité générale: « la Nature est un temple ». La Nature est donc un lieu de culte qui parle.
La Nature est une entité sacrée. Cette particularité est soulignée grâce à lamajuscule qui la transforma en une sorte d’allégorie et grâce à la désignation « temple ». D’autres aspects concordent à cette sacralisation : les « piliers » évoquent une cathédrale ; des élémentsappelés « symboles » la peuplent, avec ce nom au pluriel qui rappellent les symboles propres aux religions. La mention de « l’unité » de cet ensemble suggère que la Nature a un ordre et un sens.L’adjectif « ténébreuse » comporte une connotation religieuse tandis que le vocable clarté, antithétique de « nuit » et des ténèbres évoquées, est souvent associée à la notion de vérité supérieure d’originedivine. Enfin, le rythme même des vers donnent une impression de grandeur comme celui des vers 5 à 7, lié aux enjambements de la phrase du deuxième quatrain qui placent en rejet les compléments...
tracking img