Croissance et crise au 19°

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1007 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Croissance et crises au XIXè siècle ? | |INTRODUCTION
Définition des termes du sujet : croissance : selon la définition classique de F.PERROUX[], la croissance économique correspond à « l'augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues d’un indicateur de dimension, pour une nation, le produit global net en termes réels ». En pratique, l'indicateur utilisé pour la mesurerest le produit intérieur brut (PIB). Crise : période caractérisée par une baisse temporelle de la production agricole, industrielle et/ou de services, ainsi que par une baisse de la consommation qui peut en être la cause ou la conséquence. Cette baisse de production entraîne une hausse du chômage et du nombre de faillites. Ce phénomène peut être accompagné par de la déflation ou de l'inflation.Cadre spatio-temporel : XIXè s. On se concentrera tout particulièrement sur les pays industriels qui sont ceux qui connaissent au XIXè une forte croissance et sont à l’origine des crises qui touchent parfois malgré tout également les économies dominées.
Poser le problème : cet intitulé est révélateur de ce qu’on considère généralement comme évident et de ce qu’on retrouve dans lesdéfinitions : il y a la croissance (qui est le régime normal) et de temps en temps, il y a des crises (qui sont des évènements passagers). Le XIXè s, caractérisé par un TCAM inédit dans les pays industriels : 1,2%, et secoué par moments de phases de récessions semble à première vue confirmer cette intuition…mais seulement jusqu’en 1873 où s’installe une récession qui durera 22 ans. Ainsi, comment expliquer cepassage d’une croissance certes ponctuée de phases de récessions à une dépression « durable » ?
|I/ Au XIXè s le trend est à la croissance ponctuée de crises de |II/ Mais la longue crise de la fin du XIXè s semble d’un autre genre |II/ Ainsi, comment expliquer la longueur de cette crise relativement |
|« régulation » ||aux récessions courtes et ponctuelles du XIXè s |
|Une croissance exceptionnelle : TCAM en GB, en F, aux US, en All = |Elle dure longtemps : 22 ans, on a l’impression d’une « langueur » de|succession de crises dont on n’arrive pas à sortir : premier choc en |
|1,2% qui n’avait jamais été atteint auparavant. Croissanceportée par|l’économie dont on n’arrive pas à sortir. 1ère phase de longue |1873 avec l’effondrement des bourses allemandes qui va se transmettre|
|les nombreuses vagues d’innovation qui se succèdent dans de nombreux |difficulté de l’ère industrielle |à toutes les banques européennes et américaines. Puis timide reprise |
|domaines (textile, sidérurgie,charbon, chimie, pétrole…) et |Une crise de type moderne et non mixte : elle est globale : touche |de 1880 à 1882 et la crise reprends de plus belle avec en France la |
|permettent de fortes augmentations de la productivité : de 1830 à |l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord et certaines économies |faillite de l’Union Générale : la spéculation boursière n’est plus le|
|1880 laproductivité d’un ouvrier textile en GB est multipliée par 10|dominées. Cette globalité est principalement due à la mise en place |seul déclencheur car elle se combine à des ennuis agraires pour |
|et en 1870 toujours en GB, les machines à vapeur réalisent le travail|d’une économie d’échanges internationaux entres pays industriels mais|l’Europe(concurrence américaine). La faillite de labanque Baring |
|de 40 millions d’hommes. |aussi entre pays industriels et régions productrices de matière |(GB) provoque une recrudescence de la crise après 3 ans |
|Mais entrecoupée de récessions |première. La modernité de cette crise se caractérise également par la|d’amélioration....
tracking img