devoir eco

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1575 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 novembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
ECONOMIE - DEVOIR N°1
Formation suivie : BTS COMMUNICATION


AUTO EVALUATION DE L’ÉLÈVE. Merci de répondre à ces questions :

oui
non
Avez- vous respecté le temps de préparation conseillé pour la rédaction de ce devoir ?
X

Pensez-vous avoir réussi votre devoir ?
X


Avez-vous compris la méthode de réalisation des exercices ?

X

En cas de note inférieure à 8/20,souhaitez-vous qu’un professeur vous appelle ?

X


Notez vos questions ou vos remarques :


APPRECIATION DU CORRECTEUR :
Cette appréciation repose sur plusieurs critères détaillés dans le tableau suivant :

Très bien
Bien
Assez bien
A refaire
Non évalué
Maîtrise des connaissances





Maîtrise de la méthode





Syntaxe et orthographe





Recherche personnellePrésentation du devoir






NOTE :

Remarques du correcteur :
Devoir 1
Temps du devoir : 1h00

Partie 1 : Identifiez le contexte
1) Présentez les différents acteurs du marché de l’immobilier avec leur fonction et objectif respectifs.
2) Présentez les différents leviers qui peuvent agir sur la demande.

Partie 2 : Expliquez la formation des prix
1) Expliquez d’une façon générale,le mécanisme de la formation des prix.
2) Présentez les éléments qui justifient la hausse des prix de l’immobilier.


Annexe 1
Les prix de l’immobilier parisien pourraient bondir de 10% cette année
Déjà constatée au cours des derniers mois de 2009, la hausse des prix de l’immobilier francilien s’est confirmée au premier trimestre, selon les Notaires.
En Ile-de-France, les prix desappartements anciens ont augmenté de 2,5%, à 4550 euros le mètre carré et ceux des maisons de 2,3% entre le dernier trimestre 2009 et les trois premiers mois de 2010. Ce redressement est encore plus spectaculaire à Paris : + 3,2%, à 6430 euros le mètre carré.
Selon les notaires, cette remontée des prix s’explique par un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande. «Entre les investisseurs qui sedétournent de la bourse et les primo accédants qui profitent des faibles taux d’intérêts, les acheteurs sont de plus en plus nombreux sur le marché parisien. Et ce alors même que le nombre de biens mis en vente n’augmente pas», note Thierry Delesalle, président de la commission de conjoncture immobilière des notaires de Paris Ile-de-France. Cette pénurie risque de s’accroître au cours des prochainsmois en raison du faible nombre de programmes immobiliers lancés par les promoteurs. La situation est telle que les notaires n’excluent pas une remontée des prix parisiens de près de 10% sur l’ensemble de l’année, effaçant totalement la baisse enregistrée en 2009.

28 mai 2010 www.capital.fr

Annexe 2

Tendance concernant les prix

Sur l’ensemble du territoire, les baisses de prix deslogements s’observent moins fréquemment et dans un nombre de régions de plus en plus restreint. Moins de la moitié de nos correspondants (45%) ont enregistré une telle tendance sur mars et avril, et ils ne sont plus qu’un quart (26%) à la prévoir pour fin juin. D’où une remontée des prévisions sur notre graphique. Cette perspective s’applique aussi aux prix des terrains et aux commerces.
Cependant,cette évolution est très disparate. Ainsi, l’augmentation sensible du prix des compromis sur Paris, où depuis un an les hausses successives tendent à effacer les baisses enregistrées depuis 2008, ne concerne qu’une faible partie de la région parisienne. Et si dans certaines grandes villes, comme Bordeaux ou Strasbourg, la pénurie des biens fait grimper les prix, dans d’autres, comme à Toulouse oùsuivant SeLoger.com les prix des offres ont perdu 3% en 3 mois, ils chutent sensiblement. C’est notamment le cas dans des villes moyennes comme Châteaudun où Mes QUIDET et LE BOURDONNEC ont observé « des corrections importantes à la baisse sur les prix demandés par les vendeurs pour des mandats anciens (plus d’un an). Les acheteurs n’hésitent pas à proposer 30 % de moins que le prix affiché »....
tracking img