Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1181 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I) Inégalité des ressources en eau

Les pays de l’abondance se situent en haute latitude ( au dessus du 40eme parallèle). En Amérique du nord, il s’agit du Canada et des Etats-Unis, et en Eurasie, il s’agit de Sibérie. Dans ces deux continents, il y a des nombreux fleuves et des réserves d’eau conséquentes. Il y a des climats tropicaux ce qui permet le changement de saison. Les pays de lapénurie sont les PMA (pays les moins avancés).
Dans le monde, on trouve 97.4% d’eau salées, 2.6% d’eau douce. Ces 2.6% d’eau douce sont répartis ainsi : 2.01% de glaciers, d’iceberg et d’inlandsis
0.58% dans les nappes d’eau et l’humidité des sols
0.02% dans les cours d’eau et les lacs
0.001% dans l’atmosphère
Si la quantité globale d’eau douce disponible chaque année sur l’ensemble de laplanète est importante, localement les situations sont très contrastées car l’eau douce est répartie de manière très inégale sur notre globe. Dans certaines régions, l’eau coule d’abondance, pour le régal des riverains, dans d’autres cependant la Les régions qui manquent le plus cruellement d’eau sont situées le long des tropiques. Ce sont les régions arides des grands déserts chauds de l’Afriquedu Nord et du Sud, de l’Australie et du Moyen-Orient qui couvrent 31% des terres émergées de la planète. Le bilan hydrique annuel de ces contrées est négatif car l’évaporation y est très forte et les précipitations exceptionnelles. D’autres régions encore ont des bilans négatifs, notamment au centre du continent eurasiatique où les précipitations sont faibles en hiver et l’évaporation forte enété.
Toutes les autres régions du globe ont des bilans annuels positifs, même si les rythmes saisonniers sont très différents de l'une à l’autre et que l’apport d’eau ne se fait donc pas de manière identique. Les régions les plus favorisées sont les régions tempérées et intertropicales. sécheresse domine.

II) En quoi la maitrise de l'eau contribue a l’inégalité entre le nord et le sud ?

L’accèsà l’eau douce n’est donc pas équitable. En cas de déficit saisonnier, les pays au bilan hydrique annuel positif peuvent en effet toujours avoir recours de façon temporaire à leurs réserves, et en particulier à leurs réserves souterraines. En revanche, dans les régions au bilan hydrique annuel déficitaire, le recours aux réserves ne peut conduire qu'à leur épuisement à plus ou moins long termepuisque celles-ci ne peuvent se reconstituer.
Or cette situation pourrait encore s’aggraver car les déserts s’étendent : selon une estimation des Nations Unies, 40% des terres émergées du globe seraient touchées aujourd’hui par ce phénomène de désertification.
La consommation d’eau douce est différente selon le niveau économique du pays. La dépense en eau dans les PED est surtout destiné àl’agriculture (population plus importante, donc plus d’agriculteurs dans ces pays).
L’économie chez les PED est fortement développée. Dans les pays du Nord la consommation d’eau est employé pour l’industrie, les tâches domestiques. L’eau est de bien meilleur qualité dans les pays du nord que dans les pays du Sud, en effet, 2.5 millions de personnes meurent chaque année à cause de l’eau insalubre et 1 millionde personnes n’ont pas accès à l’eau potable.
Dans les pays en développement, la part de l'agriculture dans la consommation totale d'eau douce est très supérieure à ce qu'elle est dans les pays industrialisés développés : en Afrique et en Asie, elle dépasse bien souvent 85 %. Elle excède même 90 % dans des pays comme le Mali (et sa forte agriculture cotonnière), le Ghana, la Mauritanie et leSoudan, mais aussi en Inde, en Indonésie, en Asie centrale…
Dans les pays industrialisés, de façon assez logique, les activités industrielles sont responsables de bien plus du tiers de la consommation totale d'eau douce : 45 % aux États-Unis, plus de 50 % en Europe du nord-ouest (et même jusqu'à 80 % en Allemagne), 62 % en Russie... Ainsi, en France métropolitaine, où l'Institut français de...
tracking img