Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1437 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
Au début du siècle, les dépenses publiques étaient principalement limitées aux fonctions régaliennes de l’Etat telles que la défense nationale, la sécurité. Avec la crise économique de 1929 et la révolution keynésienne, elles acquièrent une autre dimension et une légitimité dans les domaines économique et social.
On pourrait ainsi définir les dépenses publiques comme étant lesdépenses réalisées par les administrations publiques telles que l’Etat, les collectivités locales, les Organisations Non Gouvernementales.
La croissance économique quant à elle, est une variation quantitative durable, soutenue, auto-entretenue et non réversible de la production des biens et services.
De façon générale, les finances publiques sont dans beaucoup de pays sous le feu de l’actualité vul’explosion des endettements publics dans tous les pays du monde.
C’est pour cela qu’il nous ait demandé si les dépenses publiques sont facteurs de croissance économique.
En d’autres termes, en quoi est-ce que l’investissement public peut-il être source de croissance économique ? Les dépenses publiques ont-elles un impact positif sur la croissance économique ?
Dans le cadre de notre étude, nousnous intéresserons plus particulièrement aux économies de certains pays développés.
Ainsi donc, au travers d’une analyse minutieuse, nous tenterons dans un premier temps de montrer comment les dépenses publiques peuvent-elles être source de croissance économique ; nous appuierons notre argumentation avec les diverses conceptions keynésiennes. Puis, dans un deuxième temps, nous verrons en quoi lesdépenses publiques peuvent-elles être un frein pour la croissance économique ; et pour cela, nous ferrons appel aux différentes conceptions libérales.

Jusqu’à la crise économique de 1929, la gestion des finances publiques a eu pour principal objectif d’assurer le financement des services publics. Le volume des dépenses de l’Etat n’était alors pas considéré comme une variable susceptibled’influencer le niveau d’activité de l’économie.
L’analyse de l’économiste britannique John Maynard KEYNES a modifié cette conception en soulignant l’impact de la politique budgétaire sur le niveau d’activité économique d’un pays.
En effet, selon les keynésiens, l’Etat a un rôle important à jouer dans la régulation des cycles économiques surtout en moment de crise.
C’est ainsi qu’une augmentation desdépenses publiques engendre des revenus supplémentaires qui sont pour partie consommés, pour partie épargnés, et pour partie récupérés par les administrations publiques sous la forme d’impôts et de cotisations sociales. Or, la partie de ces revenus supplémentaires qui est consommée vient nourrir la demande
Intérieure adressée aux entreprises. Ces dernières pourront dès lors augmenter leursinvestissements, leurs emplois, et distribuer des revenus supplémentaires. Le surcroît de dépenses publiques provoque par conséquent un effet multiplicateur qui stimule d’autant plus l’activité économique que les revenus sont peu épargnés, peu imposés, et que la demande de consommation s’adresse principalement aux entreprises nationales. Comme exemples, à la fin du 20e siècle, les Etats-Unis et le Japonconnaissent un rattrapage économique spectaculaire vis-à-vis de la Grande Bretagne et de la France grâce aux politiques volontaristes de ces Etats. En effet, les pouvoirs publics américains mais aussi japonais n’hésitent pas à investir d’énormes sommes d’argent dans la sphère productive ainsi que dans le système de transport ; ce qui entraîna une forte croissance.
Pendant 30 années, de 1945 à 1975,les pays développés ont connu une croissance exceptionnelle comme la France qui a connu une hausse de la production en France de 4% à 5% et ce grâce aux dépenses publiques.

Dans cette même optique, il fut mise en œuvre aux Etats-Unis dès 1933, sous la présidence de F.D.Roosevelt, le NEW DEAL afin de lutter contre les effets de la crise économique de 1929.
En France, lors de la récession...
tracking img