Electre scene 8 acte 2 commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1502 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LECTURE ANALYTIQUE ELECTRE SCENE 8 ACTE II

Plan

Pb : En quoi cette scène permet-elle d’identifier les personnages ?

I. discours sur la justice
A. polémique pour Egisthe
B. mis en opposition avec le ton lyrique d’Electre

II. Qui permet d’identifier le rôle des protagonistes
A. Le rapport d’Egisthe et Electre
B. Face au peuple

Électre est une piècede théâtre en deux actes de Jean Giraudoux, représentée pour la première fois le 13 mai 1937 au Théâtre de l'Athénée dans une mise en scène de Louis Jouvet. Agamemnon, Le Roi des Rois, a sacrifié sa fille Iphigénie aux Dieux. Son épouse, Clytemnestre, aidée de son amant, Egisthe, l'assassine à son retour de la Guerre de Troie. Oreste, le fils est banni. Reste Électre, la seconde fille : « Elle nefait rien, ne dit rien. Mais elle est là ». Aussi Egisthe veut-il la marier au jardinier du palais afin de détourner sur "
la famille des Théocathoclès tout ce qui risque d’amener le malheur sur la famille des Atrides.
Dans la scène 8 de l’acte II, on observe un dialogue conflictuel entre Egisthe et Electre. Dans qu’elle mesure cette scène permet-elle d’identifier les personnages ? On étudierales différents discours sur la justice qui permettent d’identifier le rôle des protagonistes.

On étudiera tout d’abord les discours sur la justice, en effet il apparait comme polémique avec Egisthe et lyrique avec Electre. Cet extrait commence avec une réplique polémique d’Egisthe a propos de la justice, elle apparait comme la cause des malheurs d’Argos : « et cette justice qui te fait brulerta ville, condamner ta race » (l.1) le terme justice est sujet de la phrase. L’accumulation « bruler ta ville, condamner ta race » (l.1) permet a Egisthe d’accentuer ses propos. On peut donc ainsi parler d’une allégorie de la justice, tournure allégorique que l’on retrouve ligne 27 avec la tournure impersonnel : «  il est des vérités qui peuvent tuer un peuple ». Il est très pragmatique en effetface au discours d’Electre il rétorque « tu parles en jeune-fille non en roi. » (l.20), il lui reproche un ton lyrique trop éloigner de la vérité il parle du peuple comme « un immense corps a régir, a nourrir » (l.21) cette métonymie met en avant son esprit terre à terre, proche de la réalité. La tournure restrictive « un scandale ne peut que l’achever » (l.39) qu’utilise Egisthe met en reliefsa vision réaliste de la situation
Le ton d’Electre apparait alors comme lyrique. Elle fait une critique des divinités par la sublimation dans ce parallélisme de construction « une belle lueur sur un incendie, un beau gazon sur un champ de bataille » (l.5), elle utilise aussi l’adjectif a valeur méliorative « sublime » pour désigner le « repentir sur un crime » (l. 7). Elle associe les dieux à desartistes : c’est par ce biais qu’elle dénigre leur rôle dans la vie humaine, ils apparaissent comme superficiels. Elle met, dans sa réplique ligne 12, en avant la différence entre la justice des hommes et les autres formes de justice. Elle dit que la justice est variable a travers un parallélisme de construction « il est des années […] Il est des forçats » (l.13) le rythme binaire rapproche sespropos du proverbe. Elle utilise aussi une gradation sur le thème de la maladie pour illustrer ses propos « quand le crime porte atteinte a la dignité humaine, infeste un peuple, pourrit sa loyauté » (l.15). Elle introduit ensuite le champ lexical de la lumière elle associe le phosphore a un guide « un phosphore, la vérité » (l.23). La lumière apparait dans ses répliques comme un moyen d’accéder àla vérité qui prône, selon elle, sur tout. Elle accentue ses propos et met en valeur la valeur de vérité grâce à l’adverbe d’intensité si « ce qu’il y a de si beau » (l.24), ainsi que grâce à l’hyperbole ligne 25 : « ces énormes prunelles de vérité ». Elle utilise la tournure impersonnelle pour instaurer un effet de vérité général « il est des regards » (l.29). Elle a recours aux divinités...
tracking img