Emergence et affrimation du tiers-monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3060 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1

2. L’émergence et l’affirmation du Tiers monde.
2.1. La naissance du Tiers-monde comme acteur politique international 2.1.1. La conférence de Bandung (1955) La conférence de Bandung marque symboliquement la naissance du Tiers Monde : 29 pays d’Asie, d’Afrique du 18 au 24 avril 1955 à l’initiative de Nehru, Shou En Lai, Nasser, Soekarno. Les conclusions de cette conférence : 1) La résolutionfinale affirme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la souveraineté et l’égalité de toutes les nations, le refus de toute pression de la part des grandes puissances, de toutes 2) la Conférence de Bandung réclame, en manière de relations internationales, le règlement par voie pacifique de tous les différents, le désarmement, l’interdiction des armes atomiques. Elle fait naître l’espoirque, dans les grandes décisions mondiales, les peuples du Tiers-Monde, (« l’internationale des pauvres », selon l’expression de l’Égyptien Nasser) auront leur mot à dire et pourront faire prévaloir une « troisième voie » neutraliste dans la confrontation entre les superpuissances. 3) la conférence de Bandung pose les problèmes des peuples récemment décolonisés. Elle propose la création d’un fonds desNation-Unies pour le développement économique, la mise au point des projets communs aux pays représentés. Dans le domaine culturel, elle affirme « le droit fondamental des peuples à étudier leur propre langue et leur propre culture ». Limites : la conférence est marquée par la coexistence pacifique (voir cours sur la guerre froide). Mais la conférence ne parvient pas à déterminer une lignecommune face aux États-Unis et à l'U.R.S.S. : aux non-engagés comme l'Inde et l'Égypte s'opposent, d'une part, les pays pro-occidentaux comme le Pakistan ou la Turquie, et d'autre part les pays communistes comme la Chine et le Vietnam du Nord. Bandung marque l'irruption du Tiers Monde sur la scène internationale, elle accélère le processus de décolonisation. C’est la première grande conférenceinternationale sans la présence des deux Grands. 2.1.2. La nationalisation du canal de Suez (1956)

(voir cours sur la guerre froide) ; Nasser devient le leader du Tiers-monde. Il tient en échec les deux grandes puissances coloniales sans pour autant se rattacher à l’un ou l’autre bloc de la guerre froide. (Rappeler le contexte français : 1954 Dien Bien Phu, 1956 échec de Suez)
2.1.3. La volonté dedépasser le morcellement politique A partir de 1950 à l’ONU le groupe des pays afro-asiatiques prend des positions communes et tend à se démarquer des deux blocs. Volonté de dépasser le morcellement politique. Le panafricanisme et le panarabisme se définissent comme la volonté de créer des mouvements politiques et culturels qui considèrent l’Afrique et les pays arabes comme formant chacun un seulensemble. C’est la volonté d’encourager un sentiment de solidarité entre les populations du monde africain et arabe.  Le Panarabisme Racines lointaines (jusqu’au VIIe siècle), développement du nationalisme arabe au XIXième siècle renforcé par la guerre 14-18. Création de la ligue arabe en 1945, son but est de lutter contre l’ingérence des puissances coloniales et de favoriser le mouvement dedécolonisation. Après le succès de la nationalisation du canal de Suez, l’Egypte prend la tête du panarabisme.  Le Panafricanisme. Création en 1963 de l’OUA. Rôle important joué par Modibo Keita (Mali) et N’Khruma (Ghana). Cette organisation repose sur trois principes : le respect du tracé des frontières héritées de la période coloniale le respect de la souveraineté
- Ce polycopié a été réalisé par M.Trigueros à destination des élèves de TS2 et de TS3 qui n’ont pu assister au cours du samedi 20 décembre -

2

la non-ingérence dans les affaires intérieures (Mais divisions : le principe de non-intervention permet à des dictateurs d’agir impunément. Parmi les chefs d'Etat fondateurs, les avis divergeaient sur la nature de l’OUA. Les partisans du fédéralisme, menés par le président du Ghana...
tracking img