Espace

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4019 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ESPACE ET TERRITOIRE





Les notions d'espace et de territoire[1] sont très présentes dans les instructions officielles comme dans les sujets de composition ou de croquis du baccalauréat. Il convient cependant de bien distinguer ces deux notions et d'être bien conscient des débats qu'elles suscitent.



1. ESPACE :



Espace est un mot du langage courant que le dictionnaireRobert définit ainsi «lieu plus ou moins bien délimité où peut se situer quelque chose »[2]. C'est dans ce sens très large que les géographes l'utilisent parfois. Il signifie alors portion ou totalité de l'étendue terrestre. S'il s'agit d'une portion, elle est plus ou moins délimitée et l'adjectif qui la qualifie fournit l'indication de ses limites (cf. les espaces agricoles du libellé duprogramme de première).

Cependant, les recherches des géographes, soucieux de comprendre la distribution des phénomènes géographiques, ont chargé ce mot d'un sens plus précis.



Du milieu à l'espace :



Les géographes, jusqu’aux années 1960, utilisaient plus volontiers le concept de milieu plutôt que celui d'espace parce qu'ils recherchaient la raison principale de la disposition desphénomènes géographiques dans les caractéristiques du milieu naturel dans lequel ils s'inscrivaient. Le terme d'espace a été introduit lorsque les géographes ont commencé à étudier des objets géographiques pour lesquels le milieu naturel n'était pas en mesure de fournir des explications satisfaisantes (villes, transport). Ainsi, Christaller[3] montre en 1933 que la répartition des villes dans unespace ne s'explique pas par des éléments du milieu naturel[4]. Il analyse les régularités qui font qu'une grande ville ne peut se développer qu'à une certaine distance d'une ville de même taille. Beaucoup de géographes comprennent aussi, dans les années 1960, que chaque lieu peut se comprendre davantage par les relations qu’il entretient avec d’autres lieux (ce que Pinchemel appelle les relationshorizontales) que par les relations qu’il entretient avec son support naturel anthropisé ( relation verticale). La mise à l’honneur des premiers travaux modélisant[5] et la grande attention accordée aux relations horizontales conduisent donc la « nouvelle géographie » à utiliser la notion d’espace plus détachée du support « naturel ».

Première conclusion: l'espace n'est pas le milieu naturel, lesupport naturel sur laquelle s'inscrivent les sociétés humaines. Présenter l'espace européen en première ne consiste pas à présenter le cadre naturel de l'Europe.



L'espace géographique produit par les sociétés :



Les philosophes, les astronomes, les mathématiciens ont donné un sens au mot espace plus précis que celui du langage courant. Il était normal que les géographess'efforcent de définir avec plus de rigueur ce concept. Ainsi, R. Brunet définit ainsi l'espace géographique : « étendue terrestre utilisée et aménagée par les sociétés humaines en vue de leur reproduction - au sens large : non seulement pour se nourrir et pour s'abriter, mais dans toute la complexité des actes sociaux»[6]. Ainsi défini, l'espace est un des produits de l'activité des sociétés humaines.Pas un produit fini, lisse, le meilleur possible, non, «une œuvre humaine, donc absurde et sublime, pleine de bruits et de fureurs, d'erreurs autant que de bonheur »[7] . Les espaces comportent donc des acteurs (individus, familles, groupes, entreprises, collectivités territoriales) qui ont des intérêts, entrent en conflit, aboutissent à des compromis et construisent cet espace.Deuxième conclusion : l'espace ne peut être présenté indépendamment des sociétés qui le construisent. Peut-on présenter l'espace agricole français, par exemple, sans lier cette présentation aux choix qui ont été faits par la société française pour construire cet espace ? Comment présenter cet espace sans évoquer les débats et les tensions qui ont existé entre les différents acteurs....
tracking img