Etede de

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 47 (11575 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PAUVRETÉ

Lien social et santé en situation de précarité
État de santé, recours aux soins, abus d’alcool et réseau relationnel parmi les usagers des services d’aide
Patrick Peretti-Watel*
Les usagers des services d’hébergement ou de distribution de repas chauds constituent une population très particulière, qui cumule précarité et problèmes de santé. Les contacts avec la famille, les procheset les connaissances sont caractérisés par un cumul et non une différenciation des relations interpersonnelles. On peut distinguer les enquêtés selon que ces contacts sont fréquents ou non, quel que soit le lien de parenté éventuel entre la personne interrogée et les proches. Une relation significative apparaît entre ce cumul et la santé perçue : ceux qui ont des contacts plus fréquents avec leursproches se jugent plus souvent en bonne ou en très bonne santé. Plus spécifiquement, il semble qu’en présence d’une pathologie chronique ou grave ces contacts pourraient jouer le rôle de facteurs protecteurs contre le risque de dépression et qu’à ce titre, ce soit l’absence relative de contacts avec les proches et non l’absence de proches à contacter qui soit la plus préjudiciable pour la personnemalade, ce qui suggère qu’il faille privilégier une interprétation faisant intervenir l’influence des rapports avec les proches sur la construction de l’identité personnelle et l’estime de soi. Un autre aspect de la relation entre santé et lien social renvoie au recours aux soins, étudié ici dans le cas particulier des soins dentaires : l’isolement relationnel s’avère en effet significativementassocié à un moindre recours à ces soins. Toutefois, si le lien fréquemment exploré dans la littérature entre lien social et santé s’avère ici globalement vérifié, il convient d’y apporter une nuance. En effet, s’il est très plausible que les liens interpersonnels aient une influence bénéfique sur la santé, il importe de souligner qu’ils ne constituent pas la panacée. Ici, seule la quantité des contactsa été mesurée, et non leur qualité : or, des contacts fréquents ne sont pas forcément de « bons » contacts, et peuvent éventuellement devenir le vecteur de contraintes et de violences.

* Patrick Peretti-Watel appartient à l’Inserm (UMR379, épidémiologie et sciences sociales appliquées aux innovations médicales). Cet article a grandement bénéficié des relectures critiques de Cécile Brousse,Danièle Guillemot, Maryse Marpsat, Gaël de Peretti, François Beck, Emmanuel Didier, ainsi que de deux relecteurs anonymes. L’auteur reste bien sûr seul responsable de son contenu. Les noms et dates entre parenthèses renvoient à la bibliographie en fin d’article.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 391-392, 2006

115

ans un éditorial de la Revue d’Épidémiologique et de Santé Publique, Claudine Herzlich(2003) rappelait récemment que la question de la relation entre le social et la santé est très actuelle, avec le développement contemporain de l’épidémiologie sociale et l’intérêt porté en santé publique à des notions empruntées aux sciences sociales, mais aussi très ancienne, avec, par exemple, dès le XIXe siècle, les travaux de Villermé sur les inégalités sociales devant la mort entre quartiersriches et pauvres de Paris. Historiquement, l’épidémiologie a d’abord tenté d’articuler le social et la santé du point de vue de la différenciation sociale des facteurs de risque individuels, et en particulier comportementaux : par exemple, le tabagisme, l’abus d’alcool, l’inactivité physique et une alimentation déséquilibrée sont des « conduites à risque » dont la prévalence est inégale d’unecatégorie sociale à l’autre et il est donc normal que les pathologies associées soient, elles aussi, inégalement réparties dans la société. Toutefois, ce point de vue ne permet finalement de rendre compte que d’une petite partie des inégalités sociales de santé et, en outre, il ne fait que déplacer le problème puisqu’il reste alors à déterminer les raisons de la différenciation sociale des «...
tracking img