Etudiante

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (390 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean Ferrat, le personnage :

Né Jean Tenenbaum le 26 décembre 1930, il a grandi dans le Versailles populaire en compagnie de ses frères, d'une mère fleuriste et d'un père joaillier. Lequel estraflé en 1941, puis envoyé à Auschwitz. Jean ne reverra plus ce père dont il ne savait presque rien : "Je ne connaissais pas ses origines, sachant à peine qu'il venait de Russie. J'ai su qu'il était juifquand il a dû porter l'étoile jaune."
Jean Ferrat s'est éteint samedi 13 mars 2010 à l'âge de 79 ans. Aux nécrologies de circonstance, aux hommages rendus par ceux qu'il dénonçait, préférons leportrait oblique que dessine du chanteur l'un de ses classiques, 'Nuit et brouillard'.

Jean Ferrat, le caractère :

Cependant, ce fut un compagnon de route critique, particulièrement vis-à-vis despositions du parti sur l'URSS. Bien que peu présent dans les médias et malgré un retrait de la scène à quarante-deux ans, il connaît un grand succès aussi bien critique que commercial, fondé tant surla qualité de ses compositions (textes et mélodies) et de sa signature vocale, que sur ses prises de positions politiques.

Jean Ferrat, ses engagement :

À la fois chanteur engagé et poète, auteurde chansons à textes, il est aussi compositeur, et met notamment en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon. Jean Ferrat est voisin des idées communistes et reste, à ce titre, proche du Particommuniste français durant toute sa vie.
Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre, il garde ses distances avec Moscou et, en 1968 avec la chanson Camarade il dénonce l’invasion de Pragueen par les troupes du Pacte de Varsovie. Avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens. Opposé à l’orientation pro-soviétique prise à l’issue duvingt-troisième congrès du Parti communiste en 1979, il fustige dans la chanson Le bilan, la déclaration de Georges Marchais, secrétaire général du PCF, qui évoque alors - en 1979 - un bilan globalement positif...
tracking img