Expose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3991 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fauconneau

Fauconneau en fonte (1691) dans la cour intérieure du château de Creuzburg, en Saxe (affût de 147 cm , calibre 8 cm).Le fauconneau ou bombarde allongée[1] est une pièce d'artillerie légère d'environ 2 m[1] tirant des boulets de taille moyenne allant de 500 g à 3 kg[1].Il fut essentiellement utilisé pendant le XIXe siècle, notamment par les Français.Son appellation est une analogieau petit du faucon.
Le fauconneau est une pièce d'artillerie très anciennes, comme la plupart des pièces d'artillerie, il est doté d'une longue portée et inflige de sérieux dégâts allant même jusqu'à détruire des unités et des bâtiment,
Les fauconneaux comptaient parmi les plus petites pièces d'artilleries, Ils pesaient environ 130 kg et doté d'un canon d'environ 2 m et utilisaient 1 kg et demide poudre pour faire feu une fois, remarqué que ce canon utilisaient peu de poudre par rapport au gros canon ce qui s'avère très efficace

Mortier

Le mortier est né au XVIIe siècle, du besoin d'artillerie capable d'effectuer des tirs contre des objectifs masqués lors d'un siège. En effet, la généralisation et l'augmentation des canons, avait fait évoluer les travaux de défense vers d'épaisremblais de terre, inattaquables par un boulet en tir tendu. On eut alors l'idée d'envoyer un nouveau projectile, la bombe en tir courbe par dessus les fortifications pour atteindre les défenseurs, jusque là abrités. Le projectile arrivant moins vite et moins apte au rebond, avait dû être adapté, on utilisa un corps creux rempli de poudre et mis à feu par une fusée. L'usage de celle-ci nécessitant undouble allumage difficile et dangereux, le projectile puis la charge propulsive, ainsi que les calculs savants pour la trajectoire, le mortier restait une arme maniée par des spécialistes. De plus, son gros calibre et l'absence de roue sur son affût, en faisaient une pièce peu mobile et utile uniquement lors des sièges ; pour pratiquer le tir masqué sur le champ de bataille, on inventa et utilisaune pièce intermédiaire entre le canon et le mortier, l'obusier.Le mortier est principalement utilisé pour détruire les bâtiments et les navires, comme la plupart des pièces d'artilleries, il se trouve être très efficace en terme de portée et d'attaque mais est vulnérable face aux unités,Le mortier est une pièce d'artillerie dotée d'un court canon et d'un gros calibre qui est capable d'envoyer depuissants projectiles décrivant un arc de flèche, Il peut se révélé efficace contre des fortifications naturels, humaines ou artificiels pour passer des projectiles au-dessus,
Grenadier

Les grenadiers sont des soldats se distinguant par l’utilisation de la grenade. Ils forment des unités spécialisées dans l’assaut pendant la guerre de siège à partir du XVIIe siècle, créant le choc etexploitant les brèches. Par la suite, ils forment des unités d’élite, qui conservent le nom de grenadier, même si ces unités ne font qu’un usage secondaire des grenades, ou même ne s’en servent plus (comme pendant les guerres de la Révolution).

Historique [modifier]Apparition au XVIIe siècle [modifier]Les premiers soldats spécialisés dans l’utilisation de la grenade apparaissent en Autriche et enEspagne, puis en Angleterre durant la première révolution anglaise. En France, le grenadier devient officiellement un soldat à part à la fin du XVIIe siècle : une compagnie de grenadiers est formée en 1667 dans le régiment du Roi.Les premières grenades étaient de simples sphères remplies de poudre munie d'une mèche pour déclencher la mise à feu.
Les grenadiers devaient être grands et forts afin depouvoir lancer assez loin les grenades, sans risque d'être blessés, eux-mêmes ou leurs camarades, par l'explosion de leurs projectiles.
Ils devaient également être fort disciplinés pour rester, sans fuir sous le feu de l’ennemi jusqu’au moment opportun d’allumer les mèches, encore attendre que la mèche soit assez entamée avant de lancer la grenade afin que l’ennemi n'ai pas le temps de la...
tracking img