Fiche de lecture psychanalys des contes de fées

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte sur lequel va porter mon compte rendu est un extrait du livre Problèmes de l’édition critique. C’est un extrait du chapitre 10 qui s’intitule « manuscrit, édition originale, édition « canonique » établie avec l’accord de l’auteur, à quoi se fier ? ». Le livre a été écrit par Michel Contat. C’est un critique littéraire et un journaliste d’origine française qui est né à Berne en 1938. Onsait qu’il vous a un vrai culte à Sartre. C’est pour cela qu’il a édité plusieurs de ces œuvres et qu’il lui a consacré un documentaire autobiographique.

Dans ce chapitre, Michel Contat nous expose les différents problèmes que peut rencontrer l’éditeur lorsqu’il édite une oeuvre avec l’aide de l’auteur. Pour illustrer ces problèmes il prend comme exemple son expérience personnelle. Il nousexplique comment avec la collaboration de son collègue Michel Rybalka et l’intervention de l’auteur lui-même il a travaillé sur « La Nausée » pour l’édition des Œuvres romanesques de Sartre dans la bibliothèque de la Pléiade. Il commence en nous présentant l’œuvre et l’auteur. Ce n’est qu’à partir du 2ème paragraphe qu’il commence à parler de son travail et des accords qu’il a passé avec l’auteurpour l’édition. Michel Contat nous dit que bien que « La Nausée » a connu des réimpressions successives Sartre n’a jamais voulu apporter de modification à son œuvre. Donc il aurait été logique de proposer à Sartre d’éditer cette œuvre comme celui-ci l’avait écrit en commençant par lui redonner son titre d’origine car Sartre a apporté des modifications à la demande de Gallimard qui était sonéditeur à l’époque. Mais premièrement, ils n’avaient pas l’œuvre originale et de plus, il y avait une envie autant de la part de l’auteur que des éditeurs de rester sur un texte qui été connu et aimé par le public pendant le vécu de l’auteur. Michel Contat nous explique que c’est un principe des textologues soviétiques. Donc pour l’édition ils se sont basés sur l’œuvre de 1938. Dans cette œuvre, Sartren’à retirer que des passages qui été jugé trop « cru » par l’opinion public et qui aurait connu une censure de la part des autorités de l’époque. Lorsque grâce à l’intervention de Sartre ils ont pu récupérer la première copie (1936) ils ont ajouté en « variante » tous ces passages qui avaient été retiré pour ne pas heurter les mœurs. Pour ce qui est du titre bien que ce ne fut pas le titre qu’ilavait donné au début, le premier titre était « Melancholia » mais jugé « commercialement dissuasif et esthétiquement inadéquat par Gallimard qui lui a proposer « La Nausée » qui a plu a Sartre par la suite ce qui fait qu’il n’a pas jugé utile de le modifier. Ils ont décidé d’un commun accord de n’apporter que des corrections grammaticales, orthographiques et de ponctuations. Ils ont relevé deuxtypes d’erreur. Tous d’abord, il y a les erreurs faite par le dactylographe et n’ayant pas été corrigé ni par l’auteur ni par le typographe. Ensuite, il y a les erreurs chronologiques qui causent des incohérences et pose problème pour l’homogénéité du texte ce qui peut empêcher une bonne compréhension de la part du lecteur. Enfin, on trouve des mots étrangers mal orthographier. Mais ce qui a poséun gros problème et qui a été contesté par différents critiques notamment Bernard Franck c’est ce qu’on a appelé « Le subjonctif de Sartre ». Car ce subjonctif avait été contesté par Grévisse à l’époque et il avait apporté une modification dans son ouvrage intitulé Le bon usage de Grevisse édité en 1964. Michel Contat répond à Bernard Franck en lui disant que lorsque l’ouvrage est parut Sartreétait mort et de son vivant ils n’ont pas pensé à lui poser la question pour ce qui est de se subjonctif et que même si ils lui auraient posé la question Sartre aurait maintenu le subjonctif en avançant une bonne argumentation. Donc comme prévue Michel Contat nous dis qu’il y a eu les corrections dus à des coquilles faites par le dactylographe et une erreur de concordance de temps. Mais le...
tracking img