Fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2806 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
/// Le Jardin de Reconnaissance
Retrouvailles avec le Jardin d’Eden, là où l’humanité a, selon la légende, commencé. Tels Adam et Eve, les premiers à expérimenter la vie, un homme et une femme témoignent des joies et souffrances de leur passage sur Terre : la parole, le temps, l’amour, l'incertitude des choses, la peur de la mort. Et le bonheur de dire qu’on traverse un moment exceptionnel etdérisoire. C’est la condition humaine à l'état brut, sauvage, originel. Et chacun peut s'y reconnaître. Fantaisie semblable à des jeux d’enfants qu’on ne surveille plus, insouciants et sans limites, Le Jardin de Reconnaissance fait entendre une langue hors du commun portée par l’énergie furieuse et sensible des trois comédiens.

Création le 10 décembre 2010 – Théâtre du Verso (St-Etienne)

TexteValère Novarina (Editions POL) Jeu Maïanne Barthès Judicaël Jermer Matthieu Lemeunier Mise en scène Hugues Chabalier Assistante à la mise en scène Shams El Karoui Musique Pierrick Monnereau Lumière Aurélien Guettard
Contact Hugues Chabalier - 06 62 04 00 63 unitedmegaphone@yahoo.fr
Production United Mégaphone, aide à la création du Conseil Général de la Loire Coproduction Théâtre du Verso, enpartenariat avec la Comédie de St-Etienne Spectacle de la Saison DécouverteS de la ville de St-Etienne

/// Propos de mise en scène

Retour en arrière Trois sur scène : une « femme séminale » (Eve ?), un « bonhomme de terre » (Adam ?) et une « voix d’ombre » (Dieu ?). On recrée les origines de l’Homme. On rejoue le jardin d’Eden, on passe de l’arbre de la Connaissance à celui de laReconnaissance. Adam et Eve, plus anciens parents que nous ayons -selon la Bible- premiers êtres humains à connaître l’expérience de la vie : la référence est commune à une très grande partie des êtres humains. Le couple inventé par Novarina, sans rejouer les véritables Adam et Eve, est un parangon de notre humanité, un résumé ; Novarina propose avec eux de connaître à nouveau, « reconnaître», ce qui fondenotre existence d’Homme. Novarina entremêle l’Ancien et le Nouveau. Passage obligé par la Genèse : Adam est né d’une boule de glaise, de « terre », pétrie par le Créateur, « représenté » par cette mystérieuse Voix d’ombre. « D’ombre » comme si elle était invisible, immatérielle et « Voix » parce que dans la Genèse la Parole est créatrice (« Dieu dit que la Lumière soit et la lumière fut. »). Lafemme est séminale, rappelant Eve, mère de l’humanité. Ecriture des origines sûrement, mais les références contemporaines ne manquent pas, les personnages semblent appartenir aussi à notre époque. Ce jardin est donc à la fois le jardin d’Eden mythique et un lieu improbable, intangible, idéal en quelque sorte, confirmant l’idée que le paradis est impalpable et qu’on peut seulement se l’imaginer. Danscet espace-temps abstrait mais pas tout à fait inconnu, peut naître un théâtre de questionnement sur l’Homme, un véritable théâtre métaphysique. Le Bonhomme de terre et la Femme séminale expérimentent la vie, en témoignent au public : le théâtre est le lieu de la Vie même, débarrassée du réalisme, de la représentation mimétique et d’une intrigue conventionnelle. Ne reste que la vie à l’étatpremier. L’essentiel. Dans lequel le public peut se reconnaître.

Au commencement était le verbe (et l’acteur…) Chez Novarina, comme dans les Ecritures, la Parole est créatrice. Dès lors qu’une chose est dite, elle apparaît, non pas physiquement mais dans l’esprit de celui qui écoute. Novarina tente de faire rentrer le monde entier dans un théâtre, uniquement par la parole. Il surgit alors de scèneune Parole quasi matérielle qui tient lieu d’action. La folie du texte contraste avec l’épure du plateau, espace nu, brut, sauvage - une boite noire, fermée et enclose (à l’image du paradis originel, « pairi daiza », « jardin clôturé », en persan). Je cherche un théâtre des acteurs. Où la puissance, l’énergie, la folie des acteurs pulvérise la scène. Un acteur, ça peut anéantir le monde. Sauf que...
tracking img