Fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (309 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Tout comme le chien, le sifflet, la gaffe, la lunette ou l’escabeau, les fenêtres elles aussi ont un véritable rôle dramaturgique. En effet elles apparaissent environ trentefois dans le texte et douze fois précisément dès la première didascalie, ce n’est pas anodin, l’auteur accentue ainsi leur importance à travers ces nombreuses répétitions quel’on retrouve tout au long du texte. Au sens littéral la fenêtre sert d’ouverture donnant l’accès à l’extérieur d’une pièce. Ici le rôle des fenêtres est plus complexe ; il s’agitdonc de se demander quelles sont les fonctions que remplissent ces fenêtres, en quoi sont-elles des éléments de compréhension du texte ? Il est nécessaire de développer l’idéeque les fenêtres sont avant tout une source de rêves et désir d’ailleurs. Dans un second temps il est important de préciser qu’elles apportent une luminosité et finalement leseul accès à la « vie » en dehors de l’ « intérieur sans meubles ». Enfin éclairer le paradoxe que Beckett installe : ces fenêtres sont à la fois source de vie mais une « vie »qui les répugne et qu’ils ne manquent pas d’anéantir.

« Regarde la mer » (p.44), « regarde l’océan » (p.44), « horizon » (p.45), « mouettes » (p.45), « flots » (p.45), «prépare-moi ce radeau » (p.50) ce champ lexical de la mer propage un sentiment d’éternité, d’infinité. Les fenêtres sont donc un moyen de rêver à une certaine liberté en créantune rupture avec l’intérieur de la maison qui lui est « Mortibus ». Ainsi les deux personnages côtoient cette forme de liberté sans pouvoir vraiment la saisir. « Amène-moi sousla fenêtre » dit Hamm p.83, là aussi on comprend que les fenêtres sont le motif d’occupation de Hamm, il veut « entendre la mer » (p.85) Il y accorde d’ailleurs beaucoup
tracking img