Francophonie canadienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1962 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dès l’invasion de l’empire britannique, les francophones canadiens ont dû lutter contre l’assimilation afin de conserver leurs valeurs profondes. Plus que jamais, la francophonie canadienne subit nombre de menaces. En effet, comme le présente Denys Arcand dans l’un de ses films, on assiste à une véritable « Invasion barbare  ». Sans conteste, que l’on soit d’accord ou non avec la politiqueaméricaine, ce territoire a un énorme pouvoir d’influence. Ainsi, la langue française mène une guère silencieuse contre le géant américain qui tente d’imposer son unilinguisme et ses normes à travers le monde. Le phénomène de l’anglicisation se propage telle une épidémie sur le quotidien francophone. Néanmoins, le combat se perpétue toujours pour les Canadiens français afin qu’ils puissent garder lesrichesses de leur langue, de leur culture. En ce sens, le terme francophonie, ici celle du Canada, comporte une forte dimension idéologique, un lourd héritage culturel : « Leurs références culturelles sont d’abord la langue française, marqueur important de différence culturelle, puis le catholicisme, ce qui témoigne de la réussite de la stratégie du clergé pour accroître son autorité. ». (MarcelMartel, p.134) Pour bien comprendre les enjeux de ce regroupement linguistique, il s’avère essentiel de bien cerner son évolution, ses divisions et sa cohésion. Au cœur de ce débat identitaire, la place du Québec doit être particulièrement investiguée.

Le Canada français

De nos jours, la francophonie canadienne se compose de cinq régions distinctes, soit : Le Québec, Terre-Neuve,l’Acadie, l’Ontario et l’Ouest du pays. Néanmoins, le Québec est le seul territoire doté d’une complétude institutionnelle, ce qui signifie un « niveau d’organisation sociale et culturelle tel qu’il permet à chaque individu qui y habite de vivre totalement en français. » (Robert Stebbins, p.204). Le Québec peut donc être vu comme la centrale francophone du Canada. En effet, dès 1608, un foyer majeur depeuplement français est instauré au Québec et dans la vallée du St-Laurent, qui, par son expansion, formera la province de Québec telle qu’on la connaît maintenant. La conquête britannique de 1760 modifie à jamais la définition de l’identité francophone. Selon le principe de Maurice Séguin: « 2 nations de ne peuvent vivre dans un même État sans que fatalement l’une ne domine l’autre. » (JacquesBeauchemin, p.166). Ainsi, la langue française s’inscrit dès lors comme le moyen d’expression de la minorité visible. Plusieurs évènements socio-politiques viendront renforcir cette position. En 1791, avec l’Acte constitutionnel, une division s’opère. Haut et bas Canada forment la colonie britannique d’Amérique du nord nouvellement conquise. Les tensions sont palpables. Les dominés se regroupent. Unvaste élan de solidarité naît. Par définition, ce terme renvoie à une relation entre des « personnes qui répondent en commun l’une pour l’autre d’une même chose; qui se sentent liées par une responsabilité et des intérêts communs. » (Petit Robert). La révolte s’organise. De ce fait, les années 1837-1838 sont marquées par la Rébellion avec à sa tête Louis-Joseph Papineau, chef des Patriotes. Dèsl’année 1834 ces hommes réclament :
En janvier 1834, les députés patriotes adoptent les fameuses 92 Résolutions où se retrouvent, entre autres, trois grandes revendications. La première est que le population puisse élire tous les membres du parlement, en particulier ceux de ce Conseil législatif où le gouverneur nomme alors ses favoris. Les Patriotes réclament ensuite que l`assemblée élue aitdavantage de pouvoirs et puisse adopter des lois conformes aux souhaits de la population. La responsabilité ministérielle consiste pour eux à ce que les dirigeants soient à l`écoute de la population et non pas seulement au service des puissants intérêts qui dominent l`économie et la finance. Ils exigent enfin qu`on mette un terme à la corruption qui sévit au sein du gouvernement, que les...
tracking img