Fusion acquisition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6693 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
plan
Introduction
Partie I :
1. Définition 
* Fusion 
* Acquisition 
* Scission 
* Fusion-acquisition 
2. Typologie
* Intégration Verticale
* Intégration Horizontale
* Concentration Conglomérale
3. Techniques de fusion-acquisition 
4. Les phases d’une FUSACQ
5. Avantages et inconvénients
6. Facteurs de réussite Vs causes d’échec

PartieII :
1. Mécanismes comptables et processus de la fusion :
a) Notion et principe de consolidation 
b) Méthode de consolidation et mise en forme finale
c) Mécanisme comptable de la fusion
2. Techniques financière d’évaluation des entreprises lors de la fusion et financement de la fusion :
a) Phase préliminaire de diagnostic des entreprises parties à la fusion
b) MéthodePatrimoniale
c) La méthode de la rentabilité ou l’approche par les flux futurs
d) Les méthodes de synthèse ou le « good Will »
e) La méthode du Price Earning Ratio
3. Aspects fiscaux des fusions
4. Application Les fusions acquisitions dans l’histoire
Conclusion

Introduction 
Il n’y a pas actuellement un seul jour qui passe sans que les informations fassent titres d’unefusion envisagée ou d’une acquisition et ce partout dans le monde.
Le phénomène de fusion acquisition est loin d’être un phénomène récent. En effet, on observe depuis la fin du 19ème siècle des cycles de fusions acquisitions d’entreprises et ce, afin de réaliser des économies d’échelle, la volonté d’immuniser un groupe contre les aléas de la conjoncture ou encore afin de sécuriser l’environnement.C’est ainsi qu’on a pu observer un réel boom des fusions acquisitions dans les années 90 s’expliquant par les conditions de financement très favorable malgré le fait que la cotation en bourse des entreprises soit au plus haut.
En effet, sous l’action conjuguée de la mondialisation et de la concurrence globalisée, le monde économique s’est remis à nouveau à la « mode des mariages de raison » parun recours intensif aux opérations de croissance externe, essentiellement par voie de fusion.
Ainsi, L’année 2007 est présentée par les analystes comme une « année record pour les fusions d’entreprise » en nette progression par rapport à l’année 2004 et même par rapport à l’année record 2000 pendant laquelle on a assisté à un véritable « Boom » des fusions, favorisé par la bulle de l’internet.Face à cette « flambée d’opération de croissance externe », le Maroc ne semble pas en reste. Le tissu économique national constitue au contraire depuis quelques années, le théâtre de nombreux mouvements de rapprochement et de concentration d’entreprises. Ainsi, la création en décembre 2004 du champion national de la finance, ATTIJARIWAFA BANK suite à l’absorption de WAFABANK par la BCM. Aussi, lerachat de la société EMIROTEL propriétaire de l’hôtel HILTON Rabat par le leader mondial de l’hôtellerie ACCOR, représenté par sa société d’investissement au Maroc « RISMA S.A. » a poussé les groupes familiaux à reconsidérer leur rôle dans le paysage économique national.
Si la crise financière et le manque de confiance et de crédibilité ont ralenti le nombre des opérations defusions-acquisitions, il n’en reste pas moins que grandes et petites entreprises continuent de vouloir pénétrer de nouveaux marchés, créer des synergies et accéder aux tailles critiques nécessaires à leur développement. La crise financière offre par ailleurs un certain nombre d’opportunités : valorisations plus attractives, diminution de la concurrence des fonds d’investissement.

Partie I :
Pour croître, unefirme peut adopter deux stratégies, une croissance interne (création de nouvelles capacités de production) et la croissance externe (processus de croissance par acquisition de tout ou partie d’entreprises existantes). Lorsque la croissance externe passe par la prise de contrôle de l’entreprise, on parle de fusion et acquisition.

1. Définition :
* Fusion :
Opération par laquelle une ou...
tracking img