Gabriel garcia marquez, cent ans de solitude

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1428 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez
I) Brève biographie + réalisme magique
II) Résumé de l’œuvre, (arbre généalogique) et évocation des thèmes principaux de l’œuvre
III) Lecture de certain passages + appréciation de lecteur

I) Biographie et réalisme magique

GG M est né en 1928 à Aracata(Colombie) et il est l’un des plus grands représentant duboom de la littérature hispano-américaine des années 60. Comprendre ce boom, comprendre cette œuvre et comprendre cet auteur nous amène à revenir en arrière pour tenter de comprendre un continent mythique. De Christophe Colomb en passant par Simon Bolivar, le continent est en création. L’équilibre politique du continent est fragile et les dictatures fréquentes.
Dans les années 20, 30 lalittérature y est complétement archaïque, enfermé dans un réalisme proche du naturalisme tandis que l’Europe vit au rythme des avant–gardes. Les années 40 marquent la fin de ce retard. Pendant les années d’avant-garde européenne certains auteurs hispano- américains y sont allés et sont revenus avec de nouveaux concepts à utiliser tandis que l’Europe est paralysée par la guerre.Ainsi des auteurs comme Jorge Luis Borges, Alejo Carpentier, Miguel Angel Asturias ou G G M modernisent la littérature hispano-américaine. Ils sont influencés par Faulkner, Kafka et les surréalistes.
En 1962 le jeune auteur péruvien Mario Vargas Llosa publie La ville et les chiens il a les mêmes influences que les auteurs du boom.
Parmi eux Miguel Angel Asturias obtient le prix Nobel delittérature en 1967 puis Garcia Marquez en 1982 puis Mario Vargas Llosa en 2010.
L’Europe découvre en Amérique latine une littérature d’une qualité exceptionnelle.
De nombreux liens se tissent entre ces divers auteurs dont une amitié entre G G M et Vargas Llosa mais qui s’est très mal finie. Vargas Llosa a écrit un de ses plus grands essais sur Marquez : « Marquez histoire d’un déicide »
La figure laplus connu du groupe du boom est GG M. Colombien, il a commencé sa carrière comme journaliste. Cent ans de solitude est son œuvre majeure, qu’il publie en 1967. Elle est l’œuvre la plus représentative de la génération, en elle est développé l’outil le plus important : le réalisme magique, grâce auquel la littérature hispano-américaine tient presque du mythe.
LE REALISME MAGIQUE :

“ No hay nadade este mundo ni del otro que no sea útil al escritor". Ésta es una de las confesiones que Gabriel García Márquez hace en sus memorias, Vivir para contarla que fue un libro que salió al mercado el día 9 de octubre de 2002 en el cual Gabriel recorre su infancia y su juventud, la materia que a nutrido su obra.

II) Résumé + thèmes

Reconnu comme le meilleur roman de Garcia Marquez, Cent ans desolitude est l’histoire d’un village fictif, Macondo, et de l’essor et du déclin des fondateurs : les Buendia. Décrits à travers des cycles temporels fascinants, les personnages héritent de leurs noms et de leur caractère selon des motifs qui se répètent. José Arcadio Buendia, fondatuer de Macondo finit pa perdre la tête et à errer à la lisière du village. Macondo lutte contre l’insomnie, laguerre et la pluie.
Cent Ans de solitude relate l'histoire de la famille Buendia sur six générations, dans le village imaginaire de Macondo. Ce village est fondé par plusieurs familles, conduites par José Arcadio Buendia et Ursula Iguarán, un couple de cousins qui se marièrent, pleins d'appréhension et de craintes dues à leur parenté et au mythe existant dans la région, qui disait que leurdescendance pourrait naître avec une queue de cochon. Malgré cela, il eurent trois enfants : José Arcadio, Aureliano et Amaranta (prénoms qui se répèteront aux générations suivantes). José Arcadio, le fondateur, est la personne qui dirigera et enquêtera sur les nouveautés qu'apportent les gitans au village, et il terminera sa vie attaché à l'arbre où arrive le fantôme de son ennemi, Prudencio Aguilar...