Geert hofstede

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1983 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Geert Hofstede

S’inspirant du culturalisme, Geert Hofstede explique à travers différents ouvrages son approche de la culture. Elle est basée sur la définition donnée par l'anthropologue américain Kluckhohn « la culture est la manière de penser, de sentir et de réagir d'un groupe humain, surtout acquise et transmise par des symboles, et qui représente son identité spécifique: elle inclutles objets concrets produits par le groupe. Le cœur de la culture est constitué d'idées traditionnelles et des valeurs qui lui sont attachées ».

Selon Geert Hofstede, il y a cinq dimensions dans une culture nationale, c’est à dire des aspects qui peuvent être comparés à ceux d’autres cultures: La distance hiérarchique, le contrôle de l'incertitude (l’aversion au risque), le degréd’individualisme ou de collectivisme, la dimension masculine/féminine, et l'orientation court terme/moyen terme.
Cette étude est basée sur une analyse menée auprès des employés IBM dans 70 pays.

I) Vie et ouvrages de Geert Hofstede

Geert Hofstede est né en 1928 à Haarlem, aux Pays-Bas. En 1967, il devient Docteur en sciences sociales. De 1965 à 1971, il crée puis dirige le « PersonnelResearch Department » d’IBM Europe. Suite à cela, il enseigne la gestion dans différentes universités européennes. De retour aux Pays-Bas en 1980, il co-fonde de devient le premier directeur de l'IRIC (Institut de recherche sur le dialogue interculturel de coopération). Parallèlement, il occupe un poste de Directeur des Ressources Humaines chez Fasson Europe pendant 3 ans puis se redirige versl’enseignement. Il donne notamment des cours d'anthropologie des organisations et Management International à l’Université de Maastricht, aux Pays-Bas, ou encore à l'Université d’Hong Kong. Il quitte ses fonctions à l’IRIC en 1993 mais reste néanmoins membre d’honneur jusqu’en 2004. De 1995 à 2010, il participe à l’activité du centre de recherche économique de l’Université de Tilburg.Bibliographie (non exhaustive):
- Cultures and Organizations: Software of the Mind.
- Culture's Consequences: Comparing Values, Behaviors, Institutions and Organizations Across Nations
- Masculinity and Femininity: The Taboo Dimension of National Cultures
- Uncommon Sense about Organizations: Cases, Studies and Field Observations
- Culture's Consequences: International Differences inWork-Related Values

II) Les thèses de Geert Hofstede : Les cinq dimensions

La distance hiérarchique

Différence entre les sociétés avec une faible/forte distance hiérarchique. Ici il s'agit de l'acceptation de l'inégalité des pouvoirs au sein de l'entreprise et la soumission à la hiérarchie.

La réduction de l'incertitude

Dans cette partie, il est question del'incertitude par rapport au futur. La gestion de l'incertitude diffère dans les sociétés, par exemple en matière de prévoyance pour des événements au niveau de la sécurité des sociétés seront très prévoyante (grande organisation au niveau de la sécurité) alors que d'autres seront plus flexible. (Ici une peur de l'inconnue peut être assimilée à ce genre d'états)

L'individualisme et le collectivismeLa partie suivante traite le degré de liberté d'un individu par rapport à un groupe. Nous parlons aussi ici de degré d'autonomie et de solidarité dans les groupes. Est ce qu'on peut compter sur un large groupe de personnes ou justes celles qui sont très proches.

La dimension masculine/féminine

Les facteurs qui rentrent en compte dans cette partie sont des facteurs émotionnels(plutôt féminins) ou factuels (plutôt masculins). Il y a aussi le côté de gestion des responsabilités des femmes dans l'entreprise, s'il y a des obstacles d'insertion dans l'entreprise ou pas. (Égalité hommes/femmes)

L'orientation court terme/moyen terme

Ici il s'agit de l'orientation de la société et des valeurs associées à celles-ci. En effet, les valeurs orientées vers des...
tracking img