Greenpeace enjeux et pouvoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
GREEN PEACE

L’organisation Greenpeace apparaît aujourd’hui comme l’une des ONG les plus présentes et les visibles dans la lutte contre « l’altermondialiste libérale ». L’organisation possède 26 bureaux nationaux, ce qui lui assure une grande couverture mondiale. Depuis les années 1970 l’association écologiste prend pour cible à travers de large action planétaire les ennemis del’altermondialiste que sont les grandes firmes multinationales, les gouvernements des pays industrialisés mais aussi les institutions internationales comme l’OMC. Leur principal argumentaire pour légitimer leurs actions tient dans le fait que l’on assiste à la destruction de la planète, causée par une recherche effrénée du profit et de la croissance économique. Greenpeace a été une des premièresorganisations à tenir des revendications planétaires, transnationales et à faire appel à une conscience individuelle de « citoyens du monde ».

Aujourd’hui Greenpeace se place comme l’association de loin la plus représentative du mouvement écologiste. Cependant il convient de s’interroger sur son parcours, comment un groupement isolé d’individus a pu aboutir a cette organisation « gargantuesque » quel’on connaît.

A l’origine de l’association en 1971, trois Canadiens qui souhaitent s’opposer à la réalisation d’essais nucléaires américain dans le Golfe de l’Alaska. Ils se sont ainsi rendus sur la zone de tir, avec quelques journalistes dont une équipe de la chaine télévisé CBC. Cette action, en plus d’être la « pierre fondatrice » de l’organisation, est considérée comme un véritable mythefondateur pour Greenpeace, « l’élément structurant d’un mode opératoire »1.

Cependant, à partir des années 1980 on voit apparaître un deuxième axe qui vient s’ajouter à ce répertoire d’action : le lobbying. Après de nombreux débats entre générations militantes, Greenpeace est progressivement orientée par certains de ses dirigeants vers l’utilisation de ce second répertoire d’action. En 1995,David Mc Taggart, icône de la première génération pionnière, démissionne du poste de directeur de Greenpeace International, laissant place à ThiloBode. Ce dernier, influent directeur du bureau allemand, est quant à lui le représentant du pole managérial plus centré sur la négociation que sur des actions « coups de poings ». Il déclare notamment que Greenpeace est « un groupe de pression politique,pas une association de randonneurs »2. Dés lors, l’organisation se construit essentiellement sur ses activités de lobbying, favorisant la négociation avec les entreprises et les pouvoirs publics.

Greenpeace a une image différente des autres associations altermondialiste, que Nadège Fréourdéfinie comme « un positionnement distancié »3. L’organisation est perçue comme extrêmement centralisé, peudémocratique et au fonctionnement opaque. Nous nous sommes attachés dans cette étude à l’analyse de l’antenne locale de Greenpeace en la replaçant dans sa relation avec Greenpeace France. L’organisation « Greenpeace » est elle réellement centralisé ? Où est situé l’appareil décisionnel ? Quel est l’espace de liberté pour les antennes locales ? Les antennes locales ont elles une réelle capacitéd’intervention dans les choix d’action et dans les décision de Greenpeace, face a la cellule nationale, et quel est leurs rôle dans la stratégie globale de l’organisation ?

Pour répondre à cette question, nous analyserons dans un premier temps les relations fonctionnelles qui existent entre le local et le national, ainsi que la composition de Greenpeace d’Avignon. Puis, dans un second temps, nousobserverons la place que tiennent les antennes locales dans la stratégie de l’association, à travers l’analyse globale du répertoire d’action de l’organisation et par l’étude d’une action « type » de Greenpeace Avignon.

-------------------------------------------------

Pour réaliser cette enquête nous nous sommes basé essentiellement sur nos propres observations de l’association,...
tracking img