Histoire ci

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6328 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
  
1.   L’IMPERIALISME EUROPEEN AU XIXème SIECLE ET LES RESISTANCES A LA CONQUÊTE COLONIALE.
Les besoins en produits tropicaux, la recherche de nouveaux débouchés pour les produits industriels, la politique de “ points d’appui ” stratégiques (bases navales) constituent les fondements de l’impérialisme européen au XIXème siècle. La Côte d’Ivoire est l’une des zones de cette expansioneuropéenne. La lutte contre la traite et contre l’esclavage favorise surtout l’impérialisme européen (Grande Bretagne et France).
1.1.  L’impérialisme européen au XIXème siècle
1.1.1. La lutte contre l’esclavage et le développement du commerce licite
1.1.1.1.           La lutte contre la traite négrière
La traite négrière atlantique prend fin au cours du XIXème siècle. Les progrès de l’idée de libertéen Europe et l’action des abolitionnistes poussent à la lutte contre la traite. En 1815, au Congrès de Vienne, les puissances européennes décident de l’abolir. En 1885, au Congrès de Berlin, ils confirment l’abolition de la traite et accentuent la lutte contre l’esclavage en Afrique. La Grande Bretagne et la France, principales puissances navales en Europe, sont les plus actives dès 1815-1848.Leurs navires surveillent la côte ouest-africaine.
1.1.1.2.           Le développement du commerce licite.
Au XIXème siècle, les relations commerciales entre les populations ivoiriennes et l’Europe changent. De nouveaux acteurs européens apparaissent dans les échanges avec les populations du littoral ivoirien (Victor Régis, Arthur Verdier, Swanzy). De nouveaux produits remplacent de plus en plusla marchandise humaine. Ce sont l’or, les produits du palmier, le caoutchouc et le bois.
1.1.2. L’installation des comptoirs français
L’importance des échanges et la forte concurrence entre Français et anglais amènent les premiers à installer des comptoirs permanents sur la côte. Des établissements français apparaissent sur la côte Sud-Est (Assinie, Grand Bassam en 1843), au milieu parfois despopulations hostiles. Ce sont des installations réalisées à la suite de traités signés avec des chefs locaux : en juillet 1843, le lieutenant de vaisseau Fleuriot de Langle qui patrouille sur les côtes avec sa petite force navale pénètre dans la lagune Aby. Il traite avec Atékéblé dit “ Peter ”, roi de Bassam et avec le roi du Sanwi. Ces traités doivent permettre l’action des commerçants français :les français construisent un blockhaus baptisé Fort Joinville et commencent à s’installer. Fleuriot de Langle continue à faire accepter le protectorat français aux chefs de San Pedro (mars 1844), Petit Béréby, Tabou (juillet 1844) et Basha (mars 1845).
Mais des traitants français d’une maison de commerce ayant été molestés, Martin Despallières, commandant de Grand Bassam, lance une expéditionjusqu’au fond de l’Ebrié en avril mai 1852 et conclut une douzaine de traités. Un grave soulèvement a lieu peu après ; une expédition punitive est menée en 1853 par Baudin accompagnée de Faidherbe (1818-1889) qui construit le fort de Dabou. Mais le commerce éprouve de graves difficultés si bien qu’après 1871 l’évacuation des comptoirs d’Assinie, Grand Bassam et Dabou est prescrite. Le dynamisme d’uncommerçant français, Verdier, propriétaire de comptoirs à Assinie et Grand Bassam, le fait nommer Résident français sous le contrôle du commandant naval de la division de l’Atlantique et du commandant supérieur du Gabon. Brétignère, agent de Verdier, s’installe à Elima en 1881. Il fait simultanément oeuvre de pionnier dans plusieurs domaines :
   il commence l’exploitation forestière.
   ilsurveille l’école confiée en 1887 à l’instituteur Jeand’heur .
   il s’intéresse à le prospection de l’or.
   il crée à partir de plants venus du Libéria la première plantation de caféiers du pays.
.L’un de ses adjoints Treich Laplène, se distingue dans l’exploration de l’Indénié et de Béttié. (cf carte : des Etats précoloniaux au XIXème siècle)
1.1.3. Le commerce des comptoirs fortifiés
Le...
tracking img