Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (745 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CRISE SOCIALE ET MENSONGE DES DIRIGEANTS

Il semble donc avéré que le spectre de 1929 a été brandi un peu hâtivement. Ce qui ne veut pas dire que tout tourne rond. Loin s’en faut. La crise dessubprimes et l’endettement américain auront des conséquences sur l’économie de ce grand pays. C’est normal, tout comme un ménage endetté doit se serrer la ceinture, régler ses créanciers, et repartird’un bon pied. Les Américains ont consommé plus que leurs moyens. Il y a eu une croissance anticipée. Il est logique qu’elle se dégonfle. Quitte à devenir nulle une année ou deux. Et alors, ce n’est pas undrame. Les Chinois vont se décider à consommer plus. L’histoire économique sait que les croissances ne sont pas identiques d’une zone à une autre et que des rattrapages existent. Ce fut le caspendant les Trente Glorieuses, la France avait 3 points de plus que les States et le Japon 6.

Mais l’essentiel à retenir, c’est qu’il n’y a pas grosse menace sur l’économie mondiale et que ces spectressont brandis par les intellectuels d’Etat, Attali, Rocard, etc., comme pour excuser les politiques de leur incapacité à régler des problèmes de fond qui ne sont pas tant économiques que sociaux. Sicrise il y a, elle est sociale. C’est alors pratique d’aller chercher les fautifs outre-atlantique ou près de la Chine, afin de justifier la conjoncture actuelle faisant que l’économie profite à unelarge minorité (entre 20 et 30 %) de Français, laissant sur le carreau une autre minorité, au lieu que le système soit équitable et qu’une grosse majorité, disons les deux tiers, puisse voir son niveaus’améliorer alors que les restants aient une possibilité de mise à l’étrier.

Nos gouvernants peinent à rendre équitable la distribution des richesses, tout autant qu’à gérer les dépenses publiques.Dans ce contexte, soulignons également la désignation de boucs émissaires censés expliquer le malaise du pouvoir d’achat et l’ampleur des prélèvements. Un coup, on brandit le RMIste qui se la coule...
tracking img