Il pleure dans mon coeur

[pic]

1-Résumé du poème : Paul Verlaine, poète symboliste a composé le poème "il pleure dan mon cœur...", paru dans le recueil "Romances sans paroles", en 1874. En 1873, Verlaine avait eu une violente dispute avec son ami Arthur Rimbaud, qui l'avait conduit en prison. Dans ce texte Verlaine exprime ses sentiments. Comment l'auteur présente-t-il son état sentimental ?

Au début du poème, « ilpleure » et « langueur » ainsi que la comparaison des vers 1 et 2 « il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville », montrent la tristesse du poète. En effet, la pluie et la ville font penser à la couleur grise. Cette tristesse imprègne profondément le poète : « cette langueur qui pénètre mon cœur » ; de plus la langueur est un état d'affaiblissement des forces morales et physiques, et leverbe « pénètre » montre que la tristesse n'est pas superficielle.
-2-La forme
Ce texte est extrait du recueil Romances sans paroles (1874). Ce recueil est composé de poèmes courts qui évoquent des paysages intérieurs, sentiments de mélancolie (rupture avec sa femme), croquis de voyage. Le mot "romance" accentue la musicalité des vers.
4 quatrains, vers courts hexasyllabes (6)
rimes abaa, mêmemot à la fin du 1er et 4ème vers.
1ère partie : paysage
2ème partie : disposition du paysage, interrogation sur la tristesse sans cause déterminée

Explication linéaire
1ère strophe :
    Mélancolie de Verlaine en harmonie avec le paysage, dont la nature lui échappe (3 vers pour l'état d'âme, 1 vers pour le paysage)
2e strophe : (3 vers pour le paysage, 1 vers pour l'état d'âme)
Le bruitde l'eau s'est transformé en mélodie - Verlaine s'enchante de sa mélancolie et se laisse bercer par la mélodie des gouttes - la pluie peut influencer l'état d'âme ou être une projection de celle-ci (effet miroir)
3e strophe :
    Tristesse absolue qui dépossède l'individu de lui-même
    Rupture du rythme "Quoi !" le poète s'arrache à sa stupéfaction
4e strophe :
    Elle apporte une sorte deréponse aux interrogations du poète.
    Intensité de la tristesse constante tout au long du poème et due à l'absence même de cause.

- Nature de la tristesse évoquée : Spleen baudelairien ? mais dans l'état décrit par Verlaine, il y a moins d'angoisse et plus de douceur et de langueur.
- Musique des mots : crée par la reprise des mêmes termes et mêmes sonorités, envoûtement musical quis'impose à la sensibilité
- Simplicité d'une chanson populaire et monotonie de la tristesse toujours identique.
I-Organisation du poème :
-1-la découpe des vers :
Six syllabes combinées sur deux vers reproduisent le rythme de l'alexandrin. Le poème se découpe en quatre strophes de quatre vers.
2- Les répétitions
Dans chacune des strophes apparaît, en position forte à la rime ou à la césure le motcœur. Pour éviter la raideur, le poète fait varier le déterminant qui le précède, "mon cœur", "ce cœur", "un cœur" ainsi que la position du mot dans le vers. Tout se fait écho dans ce poème ciselé comme les ballades ou les rondeaux du Moyen-Âge qui jouaient avec virtuosité de ce phénomène.
3- Les oppositions
Il y a une double interrogation suivie d'exclamations qui semblent leur apporter laréponse. La pluie apaise-t-elle ou exacerbe-t-elle l'ennui ? laisse le lecteur dans l'indécision qui fait le charme du poème.
4- Le rôle de la ponctuation
Il y a un passage constant de l'interrogation à l'exclamation qui se répondent d'une strophe sur l'autre. Strophes I et III, interrogations et strophes II et IV exclamations. Aux questions, la pensée du poète se heurte à un double vide que rien nepeut combler. La seconde formule interrogative est elliptique : " nulle trahison " ?....Et le point d'interrogation suivi de points de suspension laisse le lecteur dans l'expectative. Il est probable que le poète ne sait lui-même que penser et se demande s'il est sûr de ne pas avoir été trompé (par Rimbaud peut-être)
II. Musique du poème
1- Le jeu des rimes
Pour les rimes, le poème repose...
tracking img