Imbrication du comique et du tragique dans fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1178 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Comment le tragique et le comique sont imbriqués dans Fin de partie ?
A la différence du théâtre Shakespearien qui a toujours refusé la séparation des registres comique et tragique, le théâtre classique français, héritier de la théorie d'Aristote, sépare radicalement comédie et tragédie. Victor Hugo, dans la préface de Cromwell en 1827, invente le genre du drame, qui mêle tragique et grotesque.Le théâtre de l'absurde va plus loin dans la remise en cause de cette frontière rigide entre deux sous-genres et deux registres généralement opposés, pour penser leur circularité : « Rien n'est plus drôle que le malheur » dit Nell à Nagg. Aussi, en quoi peut-on dire que Fin de partie emprunte à la fois à la comédie et à la tragédie ? En quoi la pièce montre-t-elle l'imbrication du tragique et ducomique ?

I] Fin de partie, tragique et tragédie
Il faut bien distinguer la notion de tragique, registre qui suscite terreur et pitié face au spectacle d'un personnage en proie à un conflit inévitable et insoluble en raison de la fatalité, et celle de tragédie comme genre défini par des règles dramaturgiques strictes.
Fin de partie joue avec le souvenir des règles structurelles de latragédie. Beckett respecte la règle des unités : en effet, la pièce se déroule dans un lieu unique, et le temps des personnages est le même que celui des spectateurs. Beckett joue également avec la règle des bienséances et de son corrélat, le récit dans le théâtre, qui permet d'éviter de montrer sur scène « ce qu'on ne doit point voir » (Boileau). Ainsi, l'accident de tandem de Nagg et Nell n'est pasmontré, mais raconté, bien que de manière très elliptique. Nell meurt sur scène, mais à l'abri des regards, et c'est Clov qui en rend compte. De même, l'enfant qui apparait à la fin de la pièce comme seul et ultime évènement, n'est présent que dans le récit de Clov.
La vision d'un monde qui avance inéluctablement vers la mort est tragique. L'histoire du peintre fou, qui voit des cendres en lieu etplace d'une nature généreuse, est symptomatique. Les personnages sont gagnés par le froid, et sont impuissants à agir : « Tout s'est fait sans moi », dit Hamm. Ils semblent en proie à une fatalité qui les condamne à être là, ensemble, malgré le désir affiché d'être ailleurs, libérés de relations qui les entravent. Mais « [on est] sur terre, c'est sans remède ».

II] L'héritage comique de Fin departie
Dans Fin de partie, on retrouve deux motifs centraux de la comédie : le conflit de génération et le couple maitre-valet. Dans les comédies de Molière, les jeunes luttent pour imposer leur désir face à l'égoïsme conservateur des vieux. Or, ici, les « jeunes » que sont Hamm et Clov ont réussi à reléguer les vieux, Nagg et Nell, dans une poubelle. Quant au couple Hamm-Clov, il rappelle lescouples de maitres et de valets qui dominent toute la tradition comique depuis Aristophane. Clov, à qui Hamm impose ses caprices, attend d'être « sifflé » mais, doté d'une agilité supérieure, il peut jouer de ruse. Qui d'autre que lui sait ce qu'il voit véritablement derrière sa lunette ?
Fin de partie est un festival de formes comiques : comique de répétition avec la phrase : « Ce n'est pas l'heurede mon calmant ». Comique de mots : la pièce regorge de calembours, ou rapprochements de mots aux sonorités voisines : par exemple, « coite » et « coït », ou bien « Le matin, on vous stimule et le soir on vous stupéfie ». Comique de gestes ou comique burlesque : lorsque Clov installe l'escabeau sous la fenêtre pour observer la terre à la lunette et qu'il oublie systématiquement ou la lunette oul'escabeau, il se livre à une pantomime qui rappelle les films de Chaplin. Hamm et Clov font penser à des clowns : ils ont le teint très rouge et des objets fétiches, le sifflet pour Hamm, la lunette et l'escabeau pour Clov. Ils passent sans prévenir d'une humeur à une autre, se mettent d'un seul coup à parler fort, ce qui ne manque pas de provoquer le rire. Ainsi, après que Hamm s'est lancé...
tracking img