Irak

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Louise Labé (1526-1565), «  sonnet III », Sonnets
1)La construction
articulation forte : « Ainsi »-2 quatrains et 2 tercets avec un vers central qui fait le lien : v.9
-Le 2ème quatrain : énumération des effets physique et de la psycho passion, sorte d’accumulation des verbes et des adjectifs. Ex : v.1
-les 2 tercets ont une unité de thème : les erreurs de l’amour. « Je » est la victime decet amour. Le dernier vers montre un retour au départ. C’est un poème circulaire.
2)La versification
-en 14 vers à 10 syllabes (décasyllabes)
-rimes embrassées dans les quatrains (ABBA) et dans les tercets rimes croisées (CDC) et rimes plates (CDD).
-4 rimes différentes seulement : « oie », « ure », « ère » et « eur ». Ces rimes font ressortir la gamme sonore et traduit l’obsession de lapassion, l’emprisonnement du sujet dans l’amour.
-un sonnet très bien construit avec le rythme et les sonorités qui traduisent l’idée
sonnet parfait. Il y a quelques contraintes pour le sonnet, celui-ci est au service de son thème, des contraintes poétiques et amoureuses.
-Le sonnet est un poème à forme fixe.
II)Situation d’énonciation
1)le registre lyrique
-« je » est omniprésentdans toutes les strophes et parfois plusieurs fois, il est employé avec le pronom personnel « me » et l’adjectif possessif « mon » v.14.
-poème centré sur l’expression personnel. Cela montre l’envahissement de la c’est une forme de dépendance.passion qui occupe tout : corps + âme On oublie le reste du monde. Celui qui provoque la passion est absent (déréalisé) car il n’y a pas de marque de la2ème personne. L’amour se joue du personnage que de l’homme.
idéalisation qui-« Amour » est personnifiée mais impersonnel. Le processus de la passion est toujours le même dépasse la figure de l’amant : chacun aime d’abord l’amour.
2)Le cadre spatio-temporel
on ne sait ni où ? Ni-le texte utilise le présent d’énonciation mais ne définit aucun cadre spatio-temporel quand ?
C’est unedescription de la vérité générale : processus de la passion est toujours égal.
Il y a quelques images de la nature : métaphores v.8 et 1
Poésie lyrique très personnelle mais universelle.
III)Désordres des sentiments amoureux
1)2 figures de style clé
-les figures de styles sont présentes dés le début du 1er vers et développées tout au long du poème.
-L’antithèse : jeu sur les écarts de sensavec économie des vers → hémistiche (moitié de vers ou 6 pieds pour alexandrin). Ex : v.1
-la parataxe (=juxtaposition) et parallélisme redoublent l’antithèse.
-les 2 premiers quatrains sont construits sur le parallélisme et l’antithèse. Ils décrivent l’état physique et l’état mental.
-les sensations de chaleur ou de froid marquent la présence et l’absence de l’autre. Elle compare les élémentsnaturels : eau, feu, et plante.
-L’antithèse renvoie à l’état physique et mental et montre la dualité des sentiments : plaisir et souffrance sont marqués par les hyperboles.
-L’utilisation des saisons avec les métaphores montre la contradiction dans l’Amour. Un moment avec l’être aimé mêle toutes les saisons.
2)La vision la vison de l’amour
-les 2 tercets : dans l’Amour l’être estdépossédé, n’a plus de certitudes. L’adverbe « inconstamment » ressort car il est au centre du vers 9.
-on n’est jamais sûr de la suite de l’histoire : c’est une surprise.
-il y a 2 subordonnées de temps construites sur les antithèses.
- dans les 2 quatrains, le « je » domine et dans les 2 tercets « il ».
-vision de la passion et non de la raison
-le poème se termine sur le mot « malheur »
-L.Lreprend la tradition de l’antiquité : la passion est fatale et mortifère.
Conclusion:
Le poème offre l’image de l’amour en y montrant les états extrêmes du « Moi » qui est une victime de l’Amour. Le registre est lyrique et élégiaque (car il y a plus de douleurs que de malheurs). L’image de la femme qui aime et dépend de l’autre est aussi présente. Malgré tout, les sentiments décrit...
tracking img