Keynes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3382 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Keynes et Burke[modifier]
Edmund Burke un auteur que Keynes a lu et médité

Keynes a écrit en 1904, un manuscrit inédit intitulé The Political Doctrine of Edmund Burke19. Selon Dostaler, Keynes en décrivant Burke semble se dépeindre : il trouve qu'il est plein de contradictions « simultanément conservateur et libéral, libre-échangiste et impérialiste, apôtre de la Révolution anglaise etadversaire de la Révolution française19 ». Par ailleurs, il lui trouve un certain égotisme pas déplaisant chez les grands hommes. Deux traits de la pensée d'Edmund Burke provoquent son adhésion : d'une part comme lui, il pense qu'il est dangereux de sacrifier un bien présent pour un bien futur tant le futur est incertain ; d'autre part il considère que « le titre de gloire de Burke dans le domaine de lapolitique est la doctrine de l'expediency »20 et son refus de s'en tenir à un droit abstrait.

S'il estime que Burke est le premier philosophe politique à accepter de façon conséquente le principe du plus grand bonheur du plus grand nombre au niveau politique, il lui reproche sa grande timidité envers les réformes et, il trouve que Burke pousse la défense du droit de propriété à un point oùelle peut menacer le cœur du libéralisme. Concernant Burke, Keynes écrit :

Ses aspects positifs sont tous dans le présent.- paix et tranquillité, amitié et affection, vie familiale et tous ces petits actes de charité par lesquels on peut parfois aider ses semblables. Il ne pense pas une humanité qui par le feu et le sang marche vers quelque grand et glorieux bien dans le lointain futur ;pas de grand millénaire politique à mettre en avant et à soutenir par l'effort et le sacrifice présent... Les hommes d'État doivent apprendre la sagesse à l'école de Burke ; s'ils veulent la mettre au service de quelques grands et difficiles buts, ils doivent chercher l'essentiel des idées ailleurs21.

Issu pour partie de Burke, il existe chez Keynes une certaine pente élitiste et technocratique.Gilles Dostaler note que « pour Keynes en effet, à l'image de la société, un parti doit être dirigé par une élite éclairée plus précisément par l'union d'un leadership fort et de conseillers d'élite ». Cette pente aristocratique irritera Harry Dexter White à Bretton Woods, tout comme le Premier ministre travailliste Ramsay MacDonald se sent vexé lorsque à la sortie d'une réunion il lui déclare «qu'il se considère comme le seul véritable socialiste présent ! ». À rebours, elle a facilité ses contacts avec Winston Churchill durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans le débat sur le planisme qui agite les années 1930, la seule intervention marquée de Keynes est une défense de Herbert George Wells contre les critiques de Staline et George Bernard ShawNote 11. Dans un livre de 1927, The Worldof William Clissod, Herbert George Wells avance l'idée qu'une classe intermédiaire de techniciens et d'ingénieurs a un rôle important à jouer à l'Ouest alors que Staline lui dénie ce rôle réservé, selon lui, au prolétariat. Si Keynes soutient Wells, c'est pour remarquer aussitôt que ce dernier ne dit pas ce que doit faire ce groupe social. C'est justement ce que Keynes cherche à définir et d'unecertaine façon à théoriser.
Keynes et la fin du laissez-faire[modifier]
Crépuscule sur la rivière Cam Cambridge (Angleterre)

Dans « La fin du laissez-faire », issu d'une communication prononcée le 6 novembre 1924 à la conférence annuelle de la Sidney Ball Foundation à Oxford, puis à l'université de Berlin en juin 1926, selon Van de VeldeNote 12, il soutient la thèse qu'« une page del'histoire anglaise et occidentale a été irrémédiablement tournée au seuil du XXe siècle ; celle qui avait consacré un consensus autour du laissez-faire comme unique moyen d'accéder à la prospérité ». S'interrogeant sur les raisons de l'« autorité du laissez-faire » au XIXe siècle, il émet plusieurs hypothèses :

l'influence de l'école de Manchester et « les histoires éducatives de Miss Martineau...
tracking img