La conscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (338 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie

Baccalauréat blanc: T.2
Samedi 04/05

Les candidats traiteront, à leur choix, un seul des trois sujets suivants:

Sujet n°1
La conscience me fait-elle connaître que jesuis libre ?

Sujet n°2
Lorsque je dis: « j’ai raison », mon interlocuteur n’a-t-il plus qu’à se taire ?

Sujet n°3

« L’indifférence me semble signifier proprement l’état danslequel se trouve la volonté lorsqu’elle n’est pas poussée d’un côté plutôt que de l’autre par la perception du vrai ou du bien ; et c’est en ce sens que je l’ai prise lorsque j’ai écrit quele plus bas degré de la liberté est celui où nous nous déterminons aux choses pour lesquelles nous sommes indifférents. Mais peut-être d’autres entendent-ils par indifférence la facultépositive de se déterminer pour l’un ou l’autre de deux contraires, c’est-à-dire de poursuivre ou de fuir, d’affirmer ou de nier. Cette faculté positive, je n’ai pas nié qu’elle fût dans lavolonté. Bien plus, j’estime qu’elle s’y trouve, non seulement dans ces actes où elle n’est poussée par aucune raison évidente d’un côté plutôt que de l’autre, mais aussi dans tous les autres ;à tel point que, lorsqu’une raison trés évidente nous porte d’un côté, bien que, moralement parlant, nous ne puissions guère choisir le parti contraire, absolument parlant, néanmoins, nousle pouvons. Car il nous est toujours possible de nous retenir de poursuivre un bien clairement connu ou d’admettre une vérité evidente, pourvu que nous pensions que c’est un biend’affirmer par là notre libre arbitre. »
Descartes

1) Développez l’argumentation et la thèse centrale du texte.

2) Expliquez: « Bien que, moralement parlant, nous ne puissions guère choisirle parti contraire, absolument parlant, néanmoins, nous le pouvons. »

3) Pensez-vous que nous soyons libres lorsque nous refusons d’admettre une vérité evidente (telle que 1+1=2)...
tracking img