La femme au sein de l'espace public marocain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4216 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :



Lors de mes dernières vacances de fin d’année passées à New York, mon cousin m’a fait la surprise de me rejoindre, accompagné de son groupe d’amis marocains. À peine arrivés, ils m’invitèrent à prendre un verre dans une discothèque uppée de la pomme, où nous passames une excellente soirée. Cependant, l’ambiance changeat dès le lendemain, car pendant le dîner – en abordantle sujet des bombardements de Gaza – j’ai donné mon avis sur la question en disant qu’il était légitime pour un palestinien de recourir à la violence quand sa terre lui est volée. C’est à ce moment là qu’un de ses amis, professeur à l’Ecole Supérieure de Gestion de Casablanca, rétorqua en me disant d’un air supérieur et arrogant : « Je ne sais pas jusqu’à quel point d’histoire je peux aller avectoi, mais au cas où tu aurais entendu parler de Gandhi, il vaudrait mieux pour les Palestiniens de prendre exemple sur lui et d’arrêter de lancer des rockets sur les Israëliens ». Selon lui, sous prétexte que sa grand-mère est libanaise, personne ne connaît mieux la question, pas même une jeune étudiante qui est passée par la faculté d’histoire à la Sorbonne ! Ainsi, même aux Etats-Unis d’Amérique,une femme marocaine n’a pas le droit de donner son opinion dans un espace public où se trouvent des hommes marocains ! Même là-bas, on trouve le moyen de la mépriser, de l’humilier et de porter atteinte à sa dignité morale, tout simplement parce qu’elle est femme. Toutefois, la femme ne diffère de l’homme que d’un point de vue morphologique, elle est son égale à tous les niveaux hormis du côtéphysique puisque l’homme est par nature doté d’une musculature plus forte et plus solide. Or, il semblerait que l’opinion diverge à ce sujet au Maroc, car société patriarcale qui place l’homme au dessus de tout, beaucoup empêchent ces dernières de jouir de certaines libertés, ne serait-ce que morales et intellectuelles, et d’accéder à certains espaces publics locaux, nationaux ou mêmes internationaux! Mais au nom de quoi est légitimée cette hiérarchie ? Au nom de quoi l’homme serait-il supérieur à la femme ? Pourquoi les institutions étatiques n’entrent-elles pas en jeu pour abolir ces inégalités ? Qu’est-ce qu’un pays démocratique où la femme n’est pas prise en compte, y compris dans les espaces publiques politiques ? C’est ce que nous allons traiter dans cette dissertation, avec enpremière partie, pour mieux comprendre les sources du problème, un regard sur le sens commun et les stéréotypes portés sur les femmes au Maroc ; puis, dans une seconde partie, un regard analytique qui essayera d’expliquer les raisons du sexisme au Maroc et qui se voudra être un regard quelque peu critique mais néanmoins nécessaire dans la mesure où mettre le doigt sur l’origine d’un problème c’est déjàfaire un pas vers son dénouement.



I- Regard sur le sens commun vis-à-vis des femmes au Maroc :



Nous vivons aujourd’hui dans un pays où la situation de la femme est délicate dans la mesure où celle-ci porte plusieurs stigmates. En effet, beaucoup de préjugés sexistes persistent au Maroc, comme le fait de penser que l’homme est par nature plus puissant et plus intelligent que la femme,qu’il est supérieur à la femme, que la femme est une tentatrice qu’il ne faut pas hésiter à brimer pour ne pas être séduit, ou encore que toutes les femmes sont des « putes ». La femme est donc un individu méprisé au sein des espaces publiques et privés marocains, elle est même diabolisée. Ces idées reçues sont la preuve que la femme marocaine d’aujourd’hui n’est pas perçue de manière objectiveni traitée à sa juste valeur car bien que les infrastructures et les modes de vies se soient modernisés, les mentalités demeurent moyenâgeuses. Aucun respect intrinsèque n’est accordé à la femme marocaine, et aucun homme n’a de scrupules aujourd’hui pour ne pas draguer une femme dans l’espace public commun ; qu’elle soit arabe, berbère, étrangère, mariée, enceinte, jeune fille, vieille dame,...
tracking img