La fondation de la suisse, guillaume tell et les lacustres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les mythes de la Suisse

Le serment du Grütli et Guillaume Tell
Le serment du Grütli a été prêté dans la prairie du même nom, au bord du lac des Quatre-Cantons par « les trois suisses », Werner Stauffacher de Schwytz, Walter Fürst d’Uri et Arnold de Melchtal d’Unterwald. En ces temps-là, les Habsbourg, empereurs du Saint-Empire romain germanique, envoyaient des représentants royaux chez lesWaldstätten afin de consolider leur emprise sur eux. Ils y ont construit des châteaux et n’ont pas hésité pas à emprisonner ceux qui n’ont pas suivi leurs règles. À cause de ces actes et de cette tentative de domination, il y eut des révoltes paysannes et certains envoyés de la Maison d’Autriche furent tués. Las de cette emprise, Werner de Stauffacher se rend à Uri afin de fédérer ceux qu’ilpourrait contre les Habsbourg. C’est ainsi qu’avec Walter Fürst d’Uri, Arnold de Melchtal d’Unterwald ainsi que 30 hommes venant des trois cantons partent secrètement dans la plaine du Grütli (aussi appelé Rütli) et y prêtent le serment de libérer leurs terres et de vivre en hommes libres.
De nos jours, ce serment est considéré comme une légende, mais cela n’a empêché en rien son usage dans certainespropagandes politiques. Ainsi les nazis voyaient en le serment du Grütli une véritable référence en matière d’unité politique et spirituelle, c’est pourquoi il était souvent mentionné dans nombres de leurs manifestations. Ils voyaient aussi en Werner de Stauffacher un très bon exemple de chef, leur propagande officielle tirait des passages de la pièce de théâtre de Schiller Guillaume Tell tel : «Lepeuple opprimé doit suivre avec une rigoureuse discipline celui qui, issu de ses rangs, est appelé à le conduire comme les Suisses l’ont fait avec Stauffacher, leur guide avisé et perspicace.». Ce passage de l’histoire de la Confédération Helvétique a donc servi à la propagande des nazis menés par Adolf Hitler, le faisant passer pour un chef salvateur dont il faudrait suivre les conseils et surqui on pourrait compter les yeux fermés pour la protection de son peuple.
De la même façon, l’image du héro suisse Guillaume Tell, dont l’histoire et la réputation s’est étendue bien au-delà de nos frontières, a été utilisée à des fins politiques. Contemporain aux « trois suisses » mais sans croiser leur chemin, Tell s’est aussi révolté contre la domination de son canton, Uri, par les Habsbourg.Herman Gessler, envoyé à Uri en tant que bailli par l’empereur d’Autriche cherche à tester la loyauté de la population. Tell, refusant de se courber comme il était ordonné devant le couvre-chef du bailli au bout d’une perche plantée, fut obligé sous peine de mise à mort de faire sa plus célèbre action : tirer un carreau de son arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils, ce qu’ilaccomplit. Il avait néanmoins caché un deuxième carreau sur lui pour tuer Gessler s’il avait raté son premier tir, ce qu’il lui dit après qu’on lui ait demandé une explication quant à ce carreau caché. Il fut immédiatement arrêté pour son insolence et envoyé par barque sur le lac des Quatre-Cantons. Sollicité pour conduire la barque pendant une tempête, il réussit à s’enfuir avec son arme pendant ledébarquement. Caché, il attendit l’arrivée du bailli Gessler et le tua d’un carreau dans le cœur avant de retourner à Uri.
Guillaume Tell incarne l’indépendance suisse mieux que quiconque, mais il ne reflète pas tout le temps la même image : certains le verront comme un héro, d’autre comme un assassin ou un terroriste.
Représenté comme celui qui affronte et tue le tyran, des anarchistes ont puutiliser Guillaume Tell afin de justifier des actes terroristes . De même, Ferdinand Hodler, de par son image le représentant en train de se repousser quelque chose, comme s’il disait fermement « Non ! », a collaboré à l’utilisation d’une image conservatrice du héro. On a pu l’utiliser tant qu’on l’a voulu, quand on cherchait un bon moyen de promouvoir le rejet d’une idée, comme l’arrivée des...
tracking img