La loi haby

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1206 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La loi Haby
I) Introduction.

La loi Haby, qui doit son nom au ministre français de l'Éducation nationale René Haby, est une loi française du 11 juillet 1975.

Elle prévoit notamment la mise en place d'un « Collège pour tous » (le « secondaire ») en continuité de l'« École pour tous » (le « primaire »). C'est la raison pour laquelle on parle dès lors de « collège unique ».
La Loi Habypoursuit le processus de démocratisation de l'enseignement, initié par les lois votés sous Jules Ferry dans les années 1880. La loi prévoit la gratuité des études au collège, indispensable alors que l'âge légal de la fin de l'obligation scolaire est à 16 ans depuis 1959.
Les disciplines qui sont enseignées au collège sont tant intellectuelles que physiques. L'homogénéisation du contenu des disciplinespermet une homogénéisation des connaissances des élèves français.
Causes de la loi haby :
D'un point de vue social :

Cette organisation était vivement critiquée car considérée comme portant atteinte aux principes démocratiques de la République. En effet, elle correspondait aux clivages sociaux de l’époque entre d’une part le peuple citadin ou rural et d’autre part une population aisée,bourgeoise ou aristocrate. Quelques-uns enfin, suivent la filière « noble », qui conduit au lycée général puis à l’université. René Haby, ministre de l’Éducation nationale de Valéry Giscard d’Estaing, unifie ces filières. « La définition et l’acquisition d’une même culture pour tous les jeunes Français (…) sont des éléments essentiels d’unité de la société française et de réduction de l’inégalité deschances », affirme-t-il au Conseil des ministres du 2 mars 1977. Le système éducatif distingue un enseignement secondaire coûteux réservé à la formation des élites, tandis que les populations les moins favorisées sont pour l’essentiel cantonnées à un enseignement primaire.

D'un point de vue scolaire :
La loi, qui avait porté la limite de la scolarité obligatoire de 14 à 16 ans en 1959,arrivait à effet en 1965 pour les élèves ayant atteint l’âge de 14 ans. Les élèves étaient alors scolarisés dans des collèges à trois filières, correspondant respectivement au premier cycle des lycées, aux collèges d’enseignement général, et aux classes pratiques, ex - “ fin d’études ” Si les programmes, les horaires et les méthodes employées dans les filières I et II étaient assez semblables, lafilière III différait nettement des deux précédentes par ses programmes et ses horaires ainsi que par la formation des professeurs qui y assuraient leur service. Ainsi, alors que les professeurs des filières I et II étaient des certifiés ou agrégés, ou des professeurs d’enseignement général de collège, les enseignants de la filière III étaient des instituteurs spécialisés, souvent les anciens maîtres desclasses de fin d’études.

De plus, en dépit du caractère apparemment rigide du système, la situation était très variée d’un collège à l’autre, et si la filière III constituait bien une voie à part, destinée pour l’essentiel à préparer les élèves à une professionnalisation précoce, les filières I et II étaient loin d’être séparées dans les faits : des arrangements locaux permettaient parfois destransferts d’élèves d’une filière à l’autre, et les nombreux dédoublement assuraient une aide efficace en demi-classe pour les travaux dirigés dans différentes disciplines.
L’enseignement primaire supérieur dispensé pendant quatre ans après le certificat d’études de la sixième à la troisième, soit dans des écoles primaires supérieures (EPS), soit dans des cours complémentaires. 
-L’enseignement secondaire, dispensé dans des lycées, qui offrait, après ses propres " petites classes " élémentaires, un premier et un second cycles allant de la sixième à la terminale. 
- Les centres d’apprentissage accueillaient les élèves pendant trois ans après l’école élémentaire.

Du point de vue économique de la France :

Cette organisation en filières coûtait cher, au moment où affluaient...
tracking img