La mort et son usage dans le roman "le coup de grace" de marguerite yourcenar

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1214 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
29/09/2010

Français n°1 : Dissertation
La mort et son usage dans « Le coup de grâce » de Marguerite Yourcenar.

« Le coup de grâce », court roman publié à la veille de la 2de guerre mondiale, relate des faits qui se passent après la révolution russe. Les personnages principaux sont Eric, Conrad et Sophie. Cette dernière est amoureuse d’Eric qui, lui, aime le frère de celle-ci, Conrad, quilui-même ressent plus que de l’amour familial à l’égard de sa sœur. La mort est un sujet qui revient au fil du texte et dont l’auteur et certains personnages font usage pour obtenir des choses.

L’histoire se passe en Allemagne, dans une atmosphère de guerre civile due à la montée en puissance du bolchévisme. Un groupe de résistants dont les 3 personnages précités font partie, s’est réfugié dansle château de la tante de Conrad et Sophie. Fréquemment, ils se font attaquer par les Rouges. La mort rôde dès le début du récit et elle est omniprésente. L’écrivain l’utilise pour mettre du suspense dans le roman. En effet, le lecteur sait que la mort est là mais il ne sait ni qui, ni quand, ni comment elle va frapper. Cela le pousse à se demander ce qui va bien pouvoir se passer à la pagesuivante. Ce sentiment est renforcé par le fait que c’est la guerre. Qui dit guerre, dit armée et qui dit armée, dit soldat. Tout soldat peut mourir et ce à n’importe quel moment. De plus, cet affrontement est un combat perdu d’avance pour Eric et ses compagnons. Ils peuvent donc tous mourir.
L’auteur utilise également le danger issu de l’omniprésence de la mort pour nous montrer une armée constituéesd’hommes très différents pourtant unis pour la même cause.
De plus, la mort de la tante Prascovie symbolise la fin de l’ancienne Allemagne de la IIè Reich. En effet, la tante est présente au début du récit. Elle est ensuite abandonnée au château et disparaît de l’histoire. Cela accentue le fait que les anti-bolchéviques mènent une guerre perdue d’avance.

Le récit est presque entièrement à lapremière personne. C’est Eric von Lomond qui le fait , dans une salle d’attente de la gare de Pise, en s’adressent à des camarades qui ne l’écoutent pas. Il se souvient de certains détails qui remontent à 20 ans, ce qui montre que ces événements l’ont marqué. Le fait de prendre du recul par rapport à ceux-ci est un moyen de se souvenir et d’exorciser ses remords. Ce personnage n’a pas peur de lamort mais il n’est pas un suicidaire non plus. Comme il a survécu, il acquiert un statut de survivant. De plus, il considère la mort comme une montée en grade quand elle est donnée par l’ennemi. Par ailleurs, la narrateur, au début du récit, prend conscience de l’amour que lui porte Sophie mais il n’est pas attiré par elle. Pourtant, une nuit où ils étaient à 2 dans la chambre de Sophie, qu’il y aeu un bombardement terrible et que donc ils se trouvaient à deux doigts de la mort, Eric l’a aimée (ou l’a cru). En effet, il dit : « Et si jamais j’avais pu aimer Sophie en toute simplicité du sens et du cœur c’est bien à cette minute là, où nous avions tous les 2 une innocence de réssucités. » et après cela, ils ont échangé leur unique baiser. De même, plus tard, Eric va reèllement penser à semarier avec Sophie. La mort ou le danger qu’elle entraîne unit donc malgré elle des personnes qui ne croyaient pas forcément en ce rapprochement. De la même façon, plus loin dans le roman, Volkmar et Sophie ont une histoire à deux qui n’aurait pas forcément eue lieu dans d’autres circonstances. En effet, « une femme isolée en pleine caserne acquiert sur les hommes un prestige qui tient de l’opéretteet de la tragédie. »
Pour en revenir à Eric, deux morts ormis celle de Sophie vont l’affecter sentimentalement. Celle de Conrad et celle de Paul. Le départ de ce dernier boulverse Eric car c’était son dernier ami (il avait arrêté de parler à Conrad). Celui de Conrad, sa « moitié », son ami d’enfance, le touche particulièrement, il perd son alter-ego (aspect romantique de la mort).

Du côté...
tracking img